• Entre récupération et émulation
    Entre récupération et émulation
Publié le / Modifié le
Champions Cup

Entre récupération et émulation

Comme le mentionne le capitaine Jerome Kaino (voir page 6), malgré la déception de l’élimination européenne, il reste un immense défi à relever pour les Toulousains : aller soulever le bouclier de Brennus.

Voilà pourquoi, afin d’évacuer la frustration, l’actuelle situation des Stadistes au classement du Top 14 est plutôt une bonne chose. D’abord parce que les hommes d’Ugo Mola n’ont pas le couteau sous la gorge et vont donc pouvoir gérer leurs efforts, donc leur fatigue. Il est facile de penser par exemple au poste de talonneur où, face au manque de solutions après les blessures de Julien Marchand et Leonardo Ghiraldini, le club a misé sur un joker médical fidjien, Sam Matavesi, qui n’est autorisé à jouer qu’en championnat.

Autant dire qu’il sera mis à contribution. De même, il faut s’attendre à un nouveau roulement important d’effectif lors des prochaines journées. Dès samedi à Castres où le staff devrait opter pour des joueurs frais, à savoir ceux qui n’étaient pas alignés à Dublin. Les Faumuina, Gray, Kaino, Bezy, Dupont, Guitoune ou Kolbe pourraient être mis au repos et les Verhaeghe, Placines, Galan ou Tauzin ont de fortes chances de bénéficier de temps de jeu, comme les Fa’asalele, Ntamack ou Médard qui ont débuté sur le banc ce dimanche. Tous ces hommes cités auront à cœur de gagner leur place dans le XV de départ.

Double bénéfice : ménager les organismes et aussi maintenir l’émulation qui existe dans ce groupe depuis longtemps. "On a déjà quatre très bons matchs à jouer, avec une coupure pour la finale européenne qu’on regardera avec grand plaisir, expliquait Mola quelques minutes après le coup de sifflet final. Notre objectif est de se préparer au mieux pour un match de phases finales supplémentaires. On devra être capables de se pousser dans nos retranchements." En clair, de savoir continuer à avancer pour décrocher un titre qui viendrait ponctuer une saison exceptionnelle.

Réagir