• Marcel Rufo lors de la soirée des Oscars Midi Olympique 2006, en compagnie de Bernard Viviès. L'attaque du coqq
    Marcel Rufo lors de la soirée des Oscars Midi Olympique 2006, en compagnie de Bernard Viviès. L'attaque du coqq Iconsport / Iconsport
Publié le / Modifié le
Chroniques

La chronique de Marcel Rufo : Ce coq retrouvé

Tous et toutes avons été bouleversés, que l’on soit croyant ou pas, par le terrible incendie de Notre-Dame. Du Président de la République à ses adversaires politiques, en passant par les dons pharaoniques des plus nantis d’entre nous, nous nous sommes mis à douter, à penser que, pour les plus anciens, nous ne déambulerons plus dans le magnifique édifice gothique, symbole du passé de la France.

On doit donc se féliciter du volontarisme du chef de l’État, qui, balayant les réflexions chagrines, fixe un cap (c’est le rôle du chef) et déclare que, dans cinq ans, la restauration de l’édifice sera achevée. Une polémique apparaît alors qui oppose les anciens et les modernes. Il faudrait pour les uns la refaire à l’identique, et pour les autres marquer notre époque par une créativité à examiner par un concours d’architecture.

Le symbole est représenté par la flèche ajoutée par Violet-le-Duc. Faut-il ou non la reconstruire ? Mais voilà qu’outre le miracle des œuvres d’art préservées dans la nef, le fait que la structure de la vieille dame a tenu bon, on découvre avec toute son émotion le conservateur porter dans ses bras le coq qui trônait en haut de la flèche effondrée, un peu cabossé mais restaurable.

Voilà le rebond rubystique dans lequel je vous demande de m’accompagner. Il y a aussi eu le feu, cet hiver, au niveau de notre équipe nationale. Elle aussi, comme Notre Dame, fait partie de notre bien commun.

Quel pompier héroïque, comme ceux de Paris, pour la sauver ? Notre Président (de la FFR, Bernard Laporte) propose alors un référendum (tous les samedis on entend cette revendication)… On sait qu’en période difficile, on ne répond jamais véritablement aux questions posées mais que l’on utilise la consultation qui nous est offerte pour montrer sa colère ou son désaveu.

Les candidats sont-ils intéressants par leur programme, leur palmarès, leur utopie et leur capacité à fédérer un groupe ou, drôle de question, parce qu’ils sont étrangers ! Qu’importe la vérité, le patron de la Fédération s’est heurté au "non" des clubs.

Du coup, tous les projecteurs se sont braqués vers Fabien Galthié, qui doit aider jacques Brunel lors du Mondial 2019. Comment le sélectionneur en poste va-t-il sérieusement se positionner ? C’est à voir. Une chose est sûre, le pompier de service prendra ensuite du galon à la tête des Bleus.

En dehors de ce débat à propos d’une proposition terriblement maladroite, ce coq retrouvé devrait être aussi le nôtre, celui qui habite sur le maillot du XV de France, accompagné de son sponsor. Là encore le débat oppose les anciens et les modernes : faut-il tout changer grâce à une jeunesse triomphante ou garder une vieille garde fatiguée ? Parmi les joies de ce sombre hiver terminé par la fabuleuse "remontada" (à Twickenham) des magnifiques Écossais et le gouleyant Toulouse — Clermont (on aurait aimé un match nul, ici aussi).

Vraiment, avec Penaud, Dupont, Ramos, Iturria en attendant Raka (qui nous a fait l’honneur de choisir notre pays) nous possédons certains des meilleurs joueurs du monde à leur poste. Ils sont les modèles identificatoires pour tous les pratiquants du jeu (Saluons Vincennes pour son succès, c’est cette chaîne qui représente notre famille : des amateurs gratos aux professionnels en mission). Ces nouveaux coqs retrouveront le "french flair", n’en déplaise aux rétrécis du "teston", par leur vitesse, leur improvisation, leur opportunisme quand une brèche s’ouvrira, et leur modestie, preuve de leur intelligence. Le coq miraculé attend désormais un coq retrouvé.

PS : un euro par spectateur pour les phases finales pour le coq de Notre-Dame, ça portera bonheur !

RUFO Marcel
Voir les commentaires
Réagir