Publié le / Modifié le
Top 14

Changement de ligne

Lyon Absent de longs mois, Virgile Bruni doit s’adapter à un nouveau poste, celui de deuxième ligne où ses qualités devraient pouvoir s’épanouir et bonifier le pack lyonnais.

Le 17 mars dernier, pour son retour à la compétition à Toulouse, de longs mois après une rupture du ligament croisé du genou gauche, Virgile Bruni portait le numéro 4 sur la feuille de match, associé en deuxième ligne au Sud-Africain François Van der Merwe. Jusque-là, on l’avait toujours vu avec les numéros 6, 7 ou 8. L’idée du changement de poste est née il y a un an, au moment où le troisième ligne, blessé, a été prolongé par le Lou. "Nous en avons discuté avec Pierre, explique Kari Ghezal. Josh Bekhuis partait et nous n’avons pas voulu recruter de deuxième ligne. Nous pensions que Virgile pouvait faire l’affaire, que c’était un poste pour lui. Ses qualités sont plus voyantes en deuxième ligne."

Un nouveau rôle pour durer

Bon sauteur, combattant vaillant, explosif, le Toulonnais avait un principal défaut pour évoluer en flanker, sa VMA. Replacé dans la boîte, cela n’est plus un handicap. Le reste de ses qualités peuvent s’épanouir à un poste fondamental dans le rugby d’aujourd’hui. "En deuxième ligne, il y a beaucoup plus de travail au centre du terrain, rappelle Karim Ghezal. À part les mêlées, cela ressemble au reste. Et il a les capacités de franchir. Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de deuxième ligne qui franchissent…"

On l’a vu sur son premier ballon à Toulouse. Si les Lyonnais ont explosé dans la deuxième partie de la première mi-temps, Virgile Bruni a prouvé sur une action que son replacement pouvait être gagnant. En tout cas, cela lui plaît. Il reste maintenant à pouvoir s’inscrire dans la durée. Concernant les mêlées, il a bossé et bosse encore pour soutenir sa première ligne. " Je serai toujours plus un sauteur qu’une poutre, sourit le joueur. Contre Toulouse, les piliers étaient plutôt contents de mon travail en mêlée. Maintenant, il faut continuer et voir la suite pour tirer des conclusions."

Après avoir payé un lourd tribut aux blessures depuis la fin de l’année 2017 (genou, quadriceps, mollet), le gamin du Mourillon, dont le club vient de retrouver la Fédérale 3, aimerait retrouver durablement les terrains. Et pourquoi pas s’épanouir pleinement dans un rôle qu’il doit encore apprivoiser. "Je n’ai pas eu l’occasion d’enchaîner les matchs en deuxième ligne pour vraiment me rendre compte, souffle Virgile. Contre Toulouse, nous avons chargé donc ce fut compliqué de tirer des enseignements de ce match."

Il devrait se voir offrir une nouvelle chance ce week-end à Agen de montrer l’étendue de ses qualités à ce nouveau poste.

Midi Olympique
Réagir