Publié le / Modifié le
Pro D2

En quête d’un exploit

Bourg-en-Bresse En mauvaise posture malgré un parcours honorable, les Bressans ont besoin de créer la sensation dans les Landes.

Certes en situation périlleuse, le promu bressan reste en course dans la lutte pour le maintien. Les Burgiens sont désormais contraints de sortir deux gros matchs face à des candidats aux phases finales (Mont-de-Marsan puis Béziers) pour espérer sauver leur place dans la division. Les Bressans qui n’ont compilé qu’un succès à l’extérieur (Massy) et deux bonus défensifs (Aurillac et Aix-en-Provence) doivent arracher la victoire en terres montoises. Ils ont déjà vaincu la plupart des cadors du championnat… mais à domicile (Brive, Nevers, Oyonnax et Mont-de-Marsan 50 à 13). Exporter ce type de performance relève de l’exploit pour ce promu, même s’il a déjà été capable de surprendre cette saison. Et souvent quand il était dos au mur.

Qualification

contre maintien

"Un exploit, une grosse performance… ce sont des mots, lance le deuxième ligne Cyril Veyret. Je pense surtout qu’il faut que nous fassions du mieux que nous pouvons pour faire un gros match. Nous n’allons pas nous réinventer en tant que joueurs, nous devons juste réaliser ce que nous savons faire et du mieux possible. Nous avons sûrement fait notre meilleur match contre eux à l’aller mais c’était il y a six mois. Chaque équipe a ses sources de motivation. Eux jouent la qualification, nous le maintien. La balance est équilibrée à ce niveau-là."

En réussissant une performance dans les Landes, les Burgiens se donneraient l’occasion de jouer une dernière cartouche à Verchère face à Béziers, une semaine plus tard. "La dimension mentale est importante, énonce Cyril Veyret. C’est un match couperet pour nous, il faut faire abstraction de la notion de match à l’extérieur. Il n’y a plus de question à se poser, nous devons avoir un engagement total." L’entraîneur Yoann Boulanger insiste : "Nous sommes dans la dernière ligne droite. Nous savons que nous sommes dans une situation difficile mais il reste 160 minutes où il peut se passer encore pas mal de choses."

Comme une finale

Les Burgiens sont prêts à livrer une nouvelle bataille, en témoigne l’engagement mis en début de semaine à l’entraînement. Cyril Veyret se veut positif : "C’était un autre niveau mais, la saison passée, nous avons réussi à enchaîner et gagner quatre matchs de suite en phase finale. Alors pourquoi cela ne serait pas possible d’en remporter deux cette saison ? " L’ailier Pierre Santallier appuie : "Il faut retrouver ce qui a fait notre force en phases finales l’an passé et se lâcher."

En début de semaine, les joueurs se sont rassemblés et resserrés un peu plus encore. Ils ont évoqué ce passé, arguant que l’énergie mise pour monter, il fallait désormais la mettre pour réussir à se sauver. En filigrane une sorte de promesse : "Il faut partir comme si c’était une finale." Et toujours leur credo de ne rien lâcher, jusqu’au bout.

Midi Olympique
Réagir