• "Je me sens très con"
    "Je me sens très con"
Publié le / Modifié le
Entretiens

Teddy Iribaren (Racing 92) : "Je me sens très con"

Suspendu trois semaines, Teddy Iribaren, le demi de mêlée racingmen, a eu le temps de ruminer son coup de poing à l'encontre de Baptiste Serin (Bordeaux). Un geste d'humeur pour un constat sans appel : "Je suis coupable d’un geste ridicule et qui m’a coûté très cher : j’ai raté le match le plus important de l’année". Sentiments... 

Midi Olympique : Vous revenez d’une suspension de trois semaines, consécutive à un coup de poing asséné au demi de mêlée bordelais Baptiste Serin. Que s’est-il passé, ce jour-là ?

Teddy Iribaren : J’ai du tempérament, c’était juste un geste d’humeur. On s’est retrouvé tous les deux au sol, j’ai senti de la virulence de sa part et je n’ai pas du tout apprécié. Je suis coupable d’un geste ridicule et qui m’a coûté très cher : j’ai raté le match le plus important de l’année (le quart de finale de Coupe d’Europe face à Toulouse, à l’Arena, N.D.L.R.).

À quoi pensez-vous ?

T.I. : Je n’aurais peut-être pas changé grand-chose au résultat de ce match mais j’aurais eu moins de regrets qu’aujourd’hui. Tous les jours, je me ronge le crâne et me dis : "Et si j’avais été là ? Est-ce que j’aurais pu faire ci ou ça ?" Franchement, je suis dégoûté.

Vous ne l’avez pas loupé, Serin…

T.I. : De l’extérieur, on peut considérer ça comme une agression mais c’est vraiment un geste d’humeur, un simple réflexe. Il est sorti du terrain par précaution parce que mon coup de poing l’a touché au visage. Mais il a rejoué le week-end d’après et a été plutôt bon. Donc…

La commission de discipline a été assez clémente avec vous. On a vu des joueurs écoper de six ou sept semaines pour ce genre de gestes…

T.I. : Ma punition, je l’ai purgée en regardant le quart de finale de Champions Cup depuis les tribunes de l’Arena. La sanction, je me la suis mise tout seul. J’ai fait une erreur et m’en suis excusé.

À ce propos, vous n’aviez pas mentionné Baptiste Serin sur votre message d’excuses. Pourquoi ?

T.I. : Je me suis excusé auprès de tous les licenciés du rugby et il en fait partie. Vous savez, je me suis posé beaucoup de questions par rapport à ce message. J’en ai conclu que parfois, les excuses, on ne les accepte pas. Alors, je n’ai pas voulu mettre de l’huile sur le feu en citant son nom.

Avez-vous été agressé verbalement pas votre adversaire ?

T.I. : Non. Je n’ai rien à lui reprocher. C’est ça le pire. (il soupire) Faire une erreur pareille à 20 ans, passe encore. Mais quand tu en as 28… (il marque une pause) Je me sens très con, en fait.

Est-ce le premier carton rouge de votre carrière ?

T.I. : Non, j’ai été expulsé d’un derby Auch - Tarbes, au tout début de ma carrière. J’avais 21 ans, je jouais à Tarbes. Ce jour-là, j’étais au sol, leur numéro 8 m’a fait un hameçon (main dans la bouche) et leur demi de mêlée m’a mis une fourchette. J’étais bloqué et ma réaction fut de mettre un coup de tête. Par la suite, j’ai expliqué à la commission de discipline que si c’était à refaire, je referais exactement la même chose. Le but, ce n’était pas faire mal. Le but, c’était la survie (rires).

Réagir