Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Les Dacquois face à l’évidence

Dax - Rouen

Battus deux fois par les Rouennais lors de la phase préliminaire, et à chaque fois sans pouvoir accrocher un bonus défensif, les Dacquois se trouvent en face d’une muraille qui n’a été percée qu’à une seule reprise cette saison. C’était la semaine dernière à Trélissac, et Rouen y a perdu avec son équipe bis, en alignant huit espoirs tout en laissant au repos son quinze titulaire qui débutera à Maurice-Boyau dimanche. Les Rouennais ont tellement maîtrisé leur saison, et sont tellement nombreux dans leur effectif, que leur marge de manœuvre leur autorise ce genre de confort. Les voilà reposés, sûrs de leur force, et fonçant vers leur objectif de la montée en Pro D2 sur le terrain d’un historique du rugby hexagonal qui a bien failli passer à la trappe.

rencontre à haute intensité

Les Dacquois sont passés tout près d’une catastrophe à Suresnes la semaine dernière. Ils ont laissé beaucoup d’énergie dans ce combat remporté de seulement trois points et disputé loin de leur base. Tandis qu’ils récupéraient les pieds dans la glace lundi dernier le lendemain de leur long déplacement, le quinze de Richard Hill débutait sa préparation d’une journée de travail entière. La différence entre les situations des deux équipes est flagrante. Les Dacquois peuvent-ils renverser le cours des événements, et contrecarrer les plans de la "machine à monter" normande ? "Je ne sais pas si nous pouvons passer au tour suivant sur deux confrontations, mais je sais que nous pouvons gagner chez nous, estime le manager Frédéric Tauzin. Sept mois se sont écoulés depuis notre défaite à domicile contre les Rouennais. Nous sommes capables de proposer quelque chose d’autre aujourd’hui." "Nous allons voir un super rugby, pense Richard Hill. Jouer les Dacquois, qui ouvrent le jeu en permanence, promet une intensité de match très élevée. Nous nous sommes préparés pour ça."

Midi Olympique
Réagir