• Joris Cazenave (ballon en main) veut terminer sur une bonne note à domicile pour les glorieux « anciens » comme Romain Mémain (avec le bandeau). Un maintien acquis dimanche satisferait pleinement les Columérins. Photo Icon Sport
    Joris Cazenave (ballon en main) veut terminer sur une bonne note à domicile pour les glorieux « anciens » comme Romain Mémain (avec le bandeau). Un maintien acquis dimanche satisferait pleinement les Columérins. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Un travail à terminer

Colomiers ce dimanche, ce sera la "der" à domicile de cadres historiques. Mais il y aura aussi un possible maintien à aller chercher. pour que la fête soit réussie, pas de mauvaise blague !

Si ce n’est l’immense étendard accroché au dos de la tribune présidentielle, il n’y avait pas encore de traces en milieu de semaine de la fête annoncée. L’heure était plutôt aux visages fermés alors que Fabien Berneau dispensait de nombreux conseils à la troupe haut-garonnaise. Le tout sous l’œil attentif du deuxième ligne Romain Mémain et de son compère à la mêlée Sébastien Inigo. À 35 ans et 34 ans, les deux historiques disputeront après dix-sept et douze ans de bons et loyaux services le dernier match à domicile de leur carrière avec le maillot frappé de la Colombe. Forcément, sur les coups de 14 h 15 l’émotion devrait être à son comble dans les travées de Michel-Bendichou.

un souffle à conserver

Elle devrait aussi affleurer pour Joris Cazenave. Le demi de mêlée de 24 ans débarqué cinq ans plus tôt depuis le centre de formation de Clermont va prendre la direction de Nevers l’été prochain. En attendant, le Vauclusien d’origine, 13 titularisations et 18 feuilles de matchs cette saison, n’a qu’un seul objectif en tête : "Depuis décembre et l’annonce de mon départ, je ne pense qu’à une chose c’est le maintien. Je veux partir l’esprit libéré", tonne le joueur. Qui n’oublie pas ce qu’il doit aussi à la Colombe : "Ici, ils m’ont tout apporté, ils m’ont fait signer mon premier contrat professionnel. Ils m’ont fait confiance quand j’étais encore au centre de formation." De retour sur le banc à Biarritz après une déchirure au quadriceps de la cuisse droite qui l’a éloigné des terrains durant trois rencontres, Joris Cazenave aura vécu pleinement cet exercice, éprouvant sur le plan mental. "Cette saison m’aura forgé. Je n’avais jamais connu ce genre de situation avec tous ces retournements. C’est sûr que ça te fait grandir…" L’état d’esprit du groupe tout comme la bonne forme retrouvée sur le plan comptable - 18 points pris sur 25 lors des cinq derniers matchs - et du jeu - 12 essais inscrits sur les trois dernières rencontres - auront aussi permis de ne pas perdre pied et de croire en un maintien inespéré il y a peu. Toutefois, même si Colomiers connaîtra le résultat de ses adversaires directs avant de se jeter dans la bataille, la prudence doit rester de mise avertit Cazenave. "On se souvient que Montauban était venu nous gâcher la fête il y a deux ans et nous avait fait mal à la tête. Les dernières victoires nous ont redonné un nouveau souffle. Maintenant, il faut finir le travail." Pour que la fête n’en soit que plus belle.

Midi Olympique
Réagir