• Pour Geoffrey Barthès (à gauche), malentendant, et Pierre Emery (à droite), autiste, le rugby est plus qu’un passe-temps.
    Pour Geoffrey Barthès (à gauche), malentendant, et Pierre Emery (à droite), autiste, le rugby est plus qu’un passe-temps. DR - DR
Publié le / Modifié le
Amateurs

Deux joueurs pas comme les autres

Geoffrey Barthés et Pierre Emery font partie du groupe senior, le premier est malentendant et le second autiste. Malgré leur handicap, ils tous deux des éléments importants du collectif. Découverte !

Samedi 20 avril, le Stade de Loudes à l’Union, ce dernier accueille une demi-finale de Deuxième Série réserve de la Ligue Occitanie opposant Labastide-Beauvoir au XV de la Save. Une opposition qui s’achève sur la victoire du premier nommé (20-12). Avant le retour aux vestiaires des deux équipes, le président saviste, Nicolas Olivier nous présente deux solides gaillards de plus de 1 mètre 80 : Geoffrey Barthès et Pierre Emery lesquels occupent le poste de deuxième ligne. Rien ne laisse apparaître qu’ils sont différents.
En effet, la nature, cette fille pas très souvent sympathique, a décidé de leur mettre des bâtons dans les roues. Geoffrey âgé de 25 ans, est malentendant et Pierre de 26 printemps, autiste. « Il est autiste Asperger, précise son papa. C’est-à-dire qu’il a de gros problèmes de communication, ce qui n’est pas un petit handicap. Pour lui, le rugby est plus qu’un passe-temps. Au contraire, ça lui ouvre des portes, celui lui a permis de faire de sacrés progrès pour son insertion sociale. »
Le ballon ovale, Pierre le pratique depuis l’âge de six ans. Il a débuté à l’école de rugby de l’Isle-jourdain, évolué par la suite en cadets Teulière ainsi qu’en junior Bélascain avant de rejoindre le club voisin de la Save. « Il n’a jamais manqué un entraînement. Quand il joue, il ne dépareille pas avec les autres. Sincèrement on ne voit pas son handicap. C’est vraiment un garçon attachant qui a su trouver sa place au sein du groupe », ajoute le président Olivier. L’autre particularité de Pierre c’est qu’il est un brillant étudiant. Il possède une licence en physique-chimie. « En ce moment, il est en recherche d’emploi, renchérit son papa. S’il venait à trouver un travail, ça lui permettrait de prendre un peu plus confiance. »

Leur différence est une richesse


Si Pierre a porté tout au long de sa carrière, deux maillots. Geoffrey qui se destine à la profession de menuisier, est un véritable baroudeur des stades. Il a évolué à Montastruc-la-Conseillère, Verfeil, Lavaur (champion des Pyrénées cadets), le XV des malentendants de la Haute-Garonne (avec lequel il a été champion de France), Castelginest, Muret avant de rejoindre le club de la Save. Il a débuté par le football. « À 14 ans, précise-t-il. J’ai voulu jouer au rugby. J’avais besoin de canaliser mon énergie. Pour mon handicap, le rugby était beaucoup plus adapté. Mes coéquipiers ont naturellement communiqué par signe. Je reconnais que le rugby m’a beaucoup apporté. J’ai pris confiance. J’ai eu la chance J’ai eu la chance de connaître des gens extraordinaires. En onze ans de rugby, je n’ai que des bons souvenirs. Je compte en avoir d’autres. »
Pierre et Geoffrey appartiennent à cette grande communauté du rugby amateur. Leur différence est tout simplement une richesse.
Tous deux donnent également une belle leçon de vie. Le club de la Save peut être fier de posséder deux joueurs, hors du commun.

Didier Navarre