Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Avec un "b" comme "ballottage"

"Bla-gnac", "Bourgoin, Bourgoin !" se sont égosillés les supporters des deux camps, vendredi dernier, avant et pendant le premier acte. Christophe Dominici, lui, s’est fendu, en quittant les lieux, d’un "bravo !" qui n’était pas seulement destiné à faire plaisir aux amateurs d’assonance mais bel et bien à saluer à leur juste valeur les arguments de jeu de tous les acteurs. Alors oui, le "b" de ballottage figure en majuscule comme le reconnaissaient aussi bien Fabien Boyet qu’Éric Escribano à intervalles rapprochés : "Nous ne sommes jamais qu’à la mi-temps d’une confrontation pour laquelle nos jeunes ont mis encore une fois un maximum de cœur à l’ouvrage même si parfois le rythme n’a pas été au rendez-vous." Un constat que le technicien développe en avançant l’hypothèse du "manque de rotations". Voilà pourquoi il a fallu que les Nord-Isérois fassent "le dos rond, comme toute équipe qui subit. Les blessures de nos piliers ont été autant de coups durs."

Blagnac vendra chèrement sa peau

Effectivement, ceux qui étaient présents en bord de touche ont pu assister aussi bien au remplacement in extremis de Jamet par juste avant le coup d’envoi qu’à l’entrée en jeu pour le moins tonitruante de Turrel sur le flanc gauche de la tête de pont en lieu et place de Zakashvili. "Déjà que notre effectif n’est pas du genre pléthorique…", soupirait Fabien Boyet. Reste que, poussés dans leurs derniers retranchements ou pas, les vaincus ont fait bonne impression aux vainqueurs. Ce à quoi s’attendait d’ailleurs Éric Escribano : "Ce sera très dur demain, oui, mais vous savez là n’est pas tellement la question. Je retiens surtout qu’une bande de copains s’est donné le droit d’espérer, je retiens que le stade des quarts qui ne lui réussissait pas les années précédentes lui octroie cette fois cinq points d’avance, et c’est déjà beaucoup…" Heureux et fiers, les Blagnacais, de ce gain qu’il faudra préserver ou faire fructifier. Entre sa profondeur de banc et la fiabilité de ses buteurs, le BSCR est un challenger susceptible de vendre très chèrement sa peau. Contexte difficile ou pas. Après tout, la fin de ce match aller le laisse sur sa faim. Son hôte est parvenu à interdire l’accès de son en-but, une grande première cette saison du côté du stade Ernest-Argelès. Lorsque l’on sait à quel point le nombre d’essais inscrits peut s’avérer importantissime en cas d’égalité au cumul des deux rencontres, l’objectif des Garonnais est, de ce fait, tout indiqué.

Bourgoin - Blagnac

Correspondants
Réagir