• Thomas Hoarau et les Biterrois peuvent plus que jamais croire en une qualification. L’entrée de leur banc fut décisive. Photo Icon Sport
    Thomas Hoarau et les Biterrois peuvent plus que jamais croire en une qualification. L’entrée de leur banc fut décisive. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Joker de luxe

thomas hoarau - numéro 8 de Béziers Auteur d’une entrée fracassante et d’un essai, le futur toulonnais, convaincu des chances de qualification de son équipe, fut le reflet doré d’un banc biterrois décisif.

Les lumières s’éteignent et Thomas Hoarau s’offre un moment d’éternité à la Méditerranée. À l’instar des dix autres partants (Daminiani, Kouider, Katz, Hagan, El Fakir, Wardi, Puletua, Suchier, Trussardi et Lapeyre) qui viennent de vivre leur "der" à la maison, il est ovationné, et récompensé par le club (clip vidéo personnalisé et cadre souvenir). Pourchassé par les jeunes fans en quête d’une photo collector, l’intéressé, quitte le dernier la "scène" du théâtre de ses rêves : "Cela faisait quatre matchs que je ne disputais que cinq minutes par rencontre et j’avais donc très envie de jouer. Je suis très content de ma rentrée, mais il reste un gros match à gagner à Bourg-en-Bresse pour nous qualifier."

Auteur d’une entrée fracassante face aux Vannetais, le numéro huit de 23 ans a été l’un des "héros" du banc qui a permis à Béziers de passer du cauchemar au rêve avant l’heure de jeu. Les remplaçants héraultais "ont fait gagner l’équipe (deux essais marqués par les hommes du banc)", dixit Thibauld Suchier ; et le jeune guerrier a lui brillé.

Les avants reprennent le pouvoir

Dès son apparition sur le pré (50e), il gagne la majorité de ses duels et fait avancer son équipe, enfin décidée à miser sur un jeu simple mais efficace, portée par ses avants sur mauls, mêlées et pick and go. Changement de stratégie payant. Et c’est d’ailleurs Hoarau qui fait la passe pour l’incontournable Viiga sur l’essai de Pic, avant d’offrir le succès à sa formation sur une réalisation derrière groupé-pénétrant : "Partir de la Méditerranée sur un essai marqué, c’est vraiment une grande fierté. Le banc a vraiment apporté et je suis très content de la réaction de l’équipe dans les vingt dernières minutes. Je ne sais pas pourquoi nous avons attendu aussi longtemps avant de changer de stratégie et de montrer ce visage. Peut-être qu’on n’avait pas assez envie ou qu’on avait la tête dans le…"

L’ASBH s’offre le droit de rêver à l’ultime journée, et devra triompher avec bonus à Bourg-en-Bresse, pour s’offrir un barrage sans avoir à faire de calculs (devant Nevers aux points terrain en cas d’égalité) : "Il faut gagner à tout prix et pour cela, reproduire nos vingt dernières minutes face à Vannes car le combat s’annonce acharné. Mais nous pouvons le faire, on va gagner je le sens !" Confiant, la révélation biterroise (troisième saison : 25 matchs, dix-sept titularisations et deux essais) rêve de barrage. Avant de retrouver la saison prochaine son club formateur, le RCT : "Je n’ai pas hésité. Je suis de Toulon et j’ai une revanche à prendre là-bas, des choses à prouver, car ils m’ont un peu "jeté" des Espoirs. Je ne vais rien lâcher. Mais avant cela, je veux partir rassuré de Béziers…"

Midi Olympique
Réagir