• Le RC Drancy
    Le RC Drancy
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Les derniers pas de Delhaye

Alors que son équipe est bien engagée pour la montée, le manager a annoncé à ses joueurs qu’il quitterait le club à la fin de la saison.

L’entraîneur de Drancy Jimmy Delhaye a réuni ses joueurs mardi soir à l’entraînement pour leur annoncer une grande nouvelle qu’ils n’attendaient pas : celle de son départ. À quarante et un ans, les gesticulations permanentes avec son boulot d’électricien, son envie de famille et de maison de campagne, ont eu raison de son engagement au moment où le travail qu’il a entrepris depuis quatre ans avec son équipe, lui a ouvert les voies vers la possibilité d’un deuxième sacre collectif. Il avait piloté la montée en Fédérale 2 avec son coentraîneur Emmanuel Tordjman. Deux ans après, c’est la Fédérale 1 qui se trouve à portée de ses mains et de celles d’Olivier Ackerman, son ancien coéquipier à Bobigny, qui l’avait rejoint la saison dernière à la tête de ce groupe fonceur et très couleurs locales. Dans l’équipe qui commencera son parcours de phase finale dimanche au Creusot, tous les deux aligneront l’ailier Ryan Duclos (19 ans), le pilier Argot (22 ans), le demi de mêlée Yohan Pernin (20 ans), et le talonneur Sabri Djema (20 ans). Cette bande de jeunots a favorisé la mue de cette équipe réputée jusqu’à la saison passée pour son irrésistible jeu d’avants. Elle y a ajouté une nouvelle ambition de jeu, et la rapidité avec laquelle elle est parvenue progressivement à installer à son arc cette corde du déplacement du ballon, l’a fait passer devant des formations aux ambitions plus affirmées. Cette équipe de Drancy est devenue favorite à la montée en profitant de l’éviction de Marcq-en-Baroeul, dont elle a pris le fauteuil de leader par le fait de son élimination administrative des phases finales, et en obtenant des derniers résultats extrêmement probants. Orsay venait pour la prendre, cette première place, lors de cette petite finale la dernière journée, et les Drancéens n’ont pas flanché. Ils sont aussi les seuls qui ont fait mettre un genou à terre aux Marcquois. Voilà, sur ce double ressort de la bénédiction de la première place "cadeau" et des succès de prestiges, les hommes de Jimmy Delhaye sont en mesure d’offrir à celui qui est l’un des plus grands représentants du rugby de la Seine-Saint-Denis, un départ en grande pompe.

Son histoire est celle du 9-3

Né au rugby à Bobigny à l’âge de neuf ans, fidèle à ses premières couleurs jusqu’à l’âge de vingt-sept ans, Jimmy Delhaye fut un membre éminent de l’équipe balbynienne championne de France de Fédérale 2 et qui plus tard, fera des étincelles en Fédérale 1. Il n’a quitté le département qu’une seule année, pour une pige à Cahors, avant d’y revenir porter le maillot de Drancy, et de participer aux premières réussites de ce club dans l’univers fédéral. Ses deux tournées vécues avec l’équipe de France amateur situent son niveau de jeu. L’histoire personnelle de ce centre enthousiaste et sans concession, façonné à la dureté naturelle du "9-3", traverse le courant de réussite de ce territoire qui aujourd’hui, représente un enjeu fédéral.

Le club ne sait pas encore qui le remplacera. Les postulants se bousculent pour reprendre cette petite machine dont il a fait progressivement monter le régime. Soixante pour cent de ceux qui ont fait la montée en Fédérale 2 sont sur la ligne de départ de ces phases finales vers une deuxième accession. "J’ai vécu des années magnifiques avec des garçons au cœur énorme, dit Jimmy Delhaye. La générosité de ce groupe est simplement remarquable, et la simplicité de ce club permet des rapports géniaux. Nous voici au fait de notre aventure, et j’en goûte tous les instants."

Midi Olympique
Réagir