Publié le / Modifié le
Pro D2

L’éternel recommencement

Biarritz Sauf miracle, le BO verra sa saison prendre fin ce dimanche, à l’issue d’un match aux allures de fêtes. avant le début de la suivante, dans moins de deux mois.

Vendredi dernier, Biarritz a remporté sa troisième victoire consécutive à l’extérieur, après celles acquises à Béziers et Bayonne. Sur les cinq matchs, le BO s’est imposé à quatre reprises. À des années-lumière du ratio affiché tout le reste de la saison. Paradoxalement et avec leur succès à Aurillac, les Basques se sont donné l’occasion de très certainement se mordre un peu plus les doigts, dimanche soir, au moment où il sera l’heure de faire les fameux comptes, évoqués tout au long d’un championnat. Sauf miracle, les Rouge et Blanc vont voir filer, sous leurs yeux, les phases finales. Il faudrait, en effet, en plus d’une victoire bonifiée face à l’actuel douzième de Pro D2, un alignement des planètes pour que les Basques poursuivent leur aventure une semaine de plus. Sans quoi, les regrets primeront dans les travées d’Aguilera. "D’expérience personnelle, il y en a toujours à la fin d’une saison, reconnaît Matthew Clarkin. C’est trop tard pour faire marche arrière et c’est le genre de regrets qu’il faut accepter, et dont il faut se servir pour les années à venir." Avant le temps des supposés remords, il reste une ultime rencontre à jouer, ne l’oublions pas. Et l’objectif de cette réception de Montauban sera, finalement, de rendre un bel hommage aux partants. "Il faut que nous préparions ce match de la même façon que si nous jouions des phases finales, annonce Clarkin. Nous devons l’aborder au mieux afin d’honorer ceux qui ne seront plus là l’an prochain. J’espère que la fête sera belle et à la hauteur de ces joueurs qui s’en iront."

La dernière des cadres

Maxime Lucu et Bertrand Guiry en partance vers de nouveaux horizons, Biarritz devra s’atteler à trouver, dès cet été, de nouveaux leaders de vestiaires. Et au sujet du remplacement du second, le manager du BO, en plus de nous glisser "sa saison a été à son image : exemplaire", nous rappelait-il en début de semaine : "Nous sommes arrivés au club avec un projet porté sur les gens du coin et la formation. Nous avons fait un recrutement, mais le meilleur recrutement à ce poste est la prolongation de Sven Bernat et Mathieu Hirigoyen. Ce sont des garçons qui ont besoin de temps de jeu. Ils ont montré qu’ils le méritaient, donc nous sommes dans l’obligation de leur laisser de la place et de préparer leur arrivée avec les professionnels." La construction de demain a déjà commencé. Elle marquera, toutefois, une pause en cette fin de semaine. Dimanche, ce sera l’heure des au revoir pour certains, des adieux pour d’autres. Des sourires, des embrassades et des yeux rougis aussi. L’heure de la fin d’un cycle qui redémarrera, inlassablement, dans moins de deux mois. Les joueurs passent, le staff aussi, l’institution, reste.

Midi Olympique
Réagir