• Benjamin Cazaux et les Grassois tenteront de remonter directement la saison prochaine en Fédérale 1. Photo DR
    Benjamin Cazaux et les Grassois tenteront de remonter directement la saison prochaine en Fédérale 1. Photo DR
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Pas de miracle

Grasse — Fédérale 1 Après quatre saisons au plus haut niveau fédéral, Grasse a logiquement terminé dernier de sa poule de Fédérale 1. Reléguée au niveau inférieur, l’équipe veut miser sur la stabilité et espère retrouver le goût de la victoire et revenir le plus vite possible.

Cette fois, il n’y aura pas eu de miracle. Après quatre saisons en Fédérale 1, Grasse évoluera la saison prochaine au niveau inférieur mais n’en fait pas une maladie. Dernier de la poule 4 (33 points, 5 victoires, 17 défaites), le club des Alpes-Maritimes n’a aucune chance d’être maintenu sur tapis vert comme il le fut au début de l’été dernier. Et il ne le souhaite pas forcément. À force d’être sur la corde, il est normal et juste qu’elle rompe. "Si nous en sommes là, nous le méritons, reconnaît le président, Eric Berdeu. Cela fait trois ans que nous galérons, avec plus de défaites que de victoires au compteur. Ce n’est peut-être pas un mal d’aller faire un tour en Fédérale 2…"

Cela paraissait inéluctable, avec un effectif de qualité, mais peut-être trop juste en quantité, avec une petite trentaine de joueurs dans le groupe premier, dont quelques joueurs espoirs encore en apprentissage du niveau. Malgré cela, il y a quelques regrets, avec notamment ces trois défaites en début de championnat, contre Chambéry (19-20), à Beaune (10-19) et contre Villeurbanne (11-16), en l’absence notamment de l’ouvreur et buteur anglais, Elliot Bale. Ce dernier ne devrait pas rester au club. Il devrait faire partie des quelques joueurs sur le départ, comme le deuxième ligne, Ciaran O’Flynn (Tarbes), les troisième ligne, Sébastien Monteil (Antibes) et Sébastien Grégory (raison professionnelle). "Nous n’avons pas attendu la fin du championnat pour préparer la saison prochaine, explique l’entraîneur, Damien Vacher. Nous avons rencontré tous les joueurs, et 80 % de l’effectif reste. Nous ne pouvons pas enregistrer dix départs et dix arrivées tous les ans. Cela complique la tâche. Cette saison, la mayonnaise a été longue à prendre. Ce n’est pas facile avec de mauvais résultats."

Du changement sur le banc

Avec pour ambition de jouer la montée en Fédérale 1 dès la saison prochaine, Grasse entend stabiliser son effectif et comblé les manques identifiés, notamment dans la boîte. Il aimerait étoffer son effectif avec des deuxième ligne et des piliers.

"Nous ne prenons pas la relégation comme une punition, rappelle le coach. Nous allons continuer avec ce groupe. Les joueurs travaillent et sont bien intégrés rugbystiquement et socialement dans la région, qui est belle à vivre."

Un changement interviendra sur le banc. L’entraîneur des avants, Martin Purdy quitte le staff, pour des raisons professionnelles. Il devrait être remplacé par le pilier niçois, Karim Dhabi (35 ans), qui sera entraîneur-joueur, associé à Damien Vacher. Avec l’ambition, donc, de ne pas tarder à l’échelon inférieur. Et de s’installer dans le sillage de Nice, avant de souffrir de la concurrence d’ambitieux Monégasques. "Monaco n’est pas un concurrent direct mais cela pourrait le devenir, reconnaît l’entraîneur. Pour la région, c’est de toute façon très bien que Nice soit en Fédérale 1, et Monaco en Fédérale 3. Dans la région, il y a de la place pour trois ou quatre de bon niveau."

Midi Olympique
Réagir