• Décevant à Dublin, Thomas Ramos a été un des grands artisans de la victoire du Stade toulousain sur la pelouse de Castres. Photo M.O. - D.P.
    Décevant à Dublin, Thomas Ramos a été un des grands artisans de la victoire du Stade toulousain sur la pelouse de Castres. Photo M.O. - D.P.
Publié le / Modifié le
Top 14

Toulouse qualifié...

Rebond Six jours après l’élimination en demi-finale de Coupe d’Europe, les Toulousains ont réussi à décrocher leur place pour le dernier carré du Top 14.

Quatre-vingt-quatre points, dix-huit victoires, la huitième à l’extérieur. Le compte est bon pour le Stade toulousain qui a validé son billet pour le Matmut Atlantique de Bordeaux lors du week-end de Pentecôte. Rien de vraiment stupéfiant, pour cette équipe qui a survolé le Top 14. Et pourtant, les hommes d’Ugo Mola sont définitivement surprenants, trouvant encore des ressources pour décrocher un résultat inattendu. Comme ce match nul à Clermont ou ces deux succès sur la pelouse du Racing et de La Rochelle, même s’il serait facile de trouver d’autres exemples. Cette fois, le staff avait titularisé pour la première fois de sa carrière le jeune pilier droit Paulo Tafili et relancé Carl Axtens, qui n’avait jamais été sur une feuille de match en 2019. Surtout cette équipe, si séduisante et implacable en Top 14, devait digérer en seulement six jours son élimination en Coupe d’Europe qui avait forcément laissé des traces, aussi bien sur le plan physique que mental. La défaite de Dublin pouvait-elle enrayer la dynamique toulousaine et plomber la fin de saison, d’autant plus que Pierre-Fabre était un déplacement à risque ? À l’image d’un Thomas Ramos impérial, six jours après avoir connu l’enfer, les joueurs de William Servat n’ont pas laissé la place au doute. "Ça me fait du bien, sur le plan personnel, de retrouver des sensations, confiait l’arrière stadiste. La semaine dernière à Dublin, je l’ai eu dur. Je sais ce que j’ai fait de mal et c’est à moi de travailler pour atteindre le haut niveau, ce que je n’ai pas encore. Un match comme ici à Castres, avec la victoire, les points mis au pied et quelques bonnes sensations dans le jeu, ça me remet en route pour la fin de saison." Une réponse de champion saluée par son entraîneur William Servat : "Thomas prouve aujourd’hui que c’est un grand joueur. Mettre tous les points au pied que ce soit avec ou contre le vent, ce n’était pas chose aisée. Il faut beaucoup de courage car il faut assumer de prendre les points sur des positions peu évidentes et il n’a jamais hésité." La réussite de Thomas Ramos est à l’image de toute cette équipe, qui est de nouveau tournée vers l’avenir et sur cette demi-finale qui l’attend à Bordeaux. Et tous voudront en être. Aucun joueur n’aura donc le temps de tergiverser tellement la concurrence est rude au Stade.

AUGOT Nicolas
Voir les commentaires
Réagir