• Le très expérimenté Maxime Médard est aura un apport crucial pour le Stade toulousain et la dernière ligne droite qui l’attend.. Photo Icon Sport
    Le très expérimenté Maxime Médard est aura un apport crucial pour le Stade toulousain et la dernière ligne droite qui l’attend.. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Médard, un guide vers les sommets

En vacances la semaine dernière, Maxime Médard est de retour dans les rangs toulousains avec plusieurs objectifs en tête pour cette fin de saison.

Il ne s’en cache pas. La semaine de vacances a été bénéfique, même s’il aurait bien aimé être de la victoire à Castres le week-end dernier. Mais Maxime Médard n’avait toujours pas pris ses congés depuis la fin du Tournoi des 6 Nations. Il était le dernier international à ne pas avoir récupéré : "J’avais besoin de me reposer physiquement mais aussi mentalement après la défaite en demi-finale à Dublin." Un match qu’il avait commencé sur le banc des remplaçants, avant une entrée en jeu tonitruante. "Forcément, c’est un peu dur de ne pas débuter, car on s’entraîne toute l’année pour ces rendez-vous. Mais j’étais déjà content d’être sur la feuille et j’ai essayé d’amener quelque chose." Avec les années et l’expérience, Maxime Médard a appris à apprécier ce qu’on lui donne. "À une époque, j’aurais pu quitter le Stade, mais je ne voulais pas partir. Je voulais aider Toulouse à retrouver le plus haut niveau. Je ne suis pas le seul bien sûr et l’arrivée de Didier Lacroix a permis d’amener des choses nouvelles et positives. Aujourd’hui, je ne suis pas loin d’atteindre cet objectif personnel. Disputer une demi-finale de Coupe d’Europe va permettre d’amener beaucoup d’expérience à notre équipe qui est assez jeune et on peut être content de l’état d’esprit affiché malgré la défaite. Elle a fait preuve de caractère et montré le potentiel qui peut être le sien dans les années à venir."

Le titre avant la liste

Maxime Médard, malgré ses 56 sélections et une finale de Coupe du monde à son actif, fait passer le collectif en premier, même si ce mois de mai est important pour les joueurs toujours en course pour disputer le Mondial japonais. "Mon ambition première est de viser le titre avec mon club. Bien sûr, on a envie de se montrer pour être dans la liste de l’équipe de France mais j’étais dans le bon wagon lors des tests de novembre et pendant le Tournoi. La préparation de la demi-finale à Bordeaux est donc notre priorité. Il ne faut pas se reposer sur nos lauriers et les matchs qui arrivent ne vont pas servir à nous relaxer. " Lui qui a déjà remporté trois Boucliers de Brennus et deux Coupes d’Europe espère retrouver les sommets et la folie des grands soirs avant les retours triomphaux place du Capitole : "Nous sommes peu à l’avoir connu. Ce sont des moments magiques, des ambiances de feu. Il faut donc travailler encore plus pendant le mois de mai." La réception de la Section paloise n’est pas donc pas une étape à négliger, d’autant plus que le Stade toulousain n’a pas marqué d’essai lors de ses deux dernières sorties. Ce match à domicile doit permettre à l’attaque de se réveiller.

"Retrouver notre allant offensif est un objectif mais le premier reste de gagner. On sait que les matchs qui arrivent et notamment ceux de phases finales vont être très serrés et pourront se jouer à un coup de pied. Notre objectif est d’aller le plus loin possible dans la compétition et pas forcément de marquer des essais à tout prix. La discipline sera très importante donc il faut aussi travailler là-dessus." Il sait aussi que, sur le triangle de derrière notamment, les places seront encore chères dans les semaines à venir. Mais, paradoxalement, il fut sûrement l’un des grands gagnants de la défaite à Dublin quand son apparition a ramené le danger dans la défense irlandaise et apporté un nouvel élan à son équipe. À l’Aviva Stadium, Médard a peut-être pris rendez-vous pour Bordeaux.

Réagir