• Biarritz contre Montauban
    Biarritz contre Montauban Jean Francois Sanchez / Icon Sport / Jean Francois Sanchez / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Biarritz s’offre un festival offensif

Malgré sa victoire 62-21 contre Montauban, le Biarritz Olympique ne verra pas les phases
finales. Peu importe, il a offert un très bel au revoir à ses partants.

Avant de parler rugby, il était question d’adieux, cet après-midi, sur la pelouse d’Aguiléra.
Ceux des Lucu, Guiry, Gimenez, Lourdelet, De Coninck ou autres, qui portaient pour la
dernière fois le maillot rouge et blanc. Cette réception de Montauban, 12e au coup d’envoi,
était avant tout une fête. Il restait, il est vrai, un infime espoir de qualification pour les locaux,
mais celui-ci tenait plus du miracle qu’autre chose. Dès lors, il n’est pas surprenant qu’il n’ait
fallu qu’une minute (48 secondes) pour voir le premier essai de la rencontre. Pendant les 39
suivantes, les deux équipes ne cessèrent de proposer du jeu, et encore du jeu, à l’image
d’un Gauthier Doubrère qui n’a pas arrêté de dynamiser le jeu. Les Basques, dominés en
mêlée dans le premier quart d’heure (deux fautes), profitaient toutefois de la maladresse
Montalbanaise dans les airs (quatre munitions perdues en 20 m) pour mettre la main sur la
balle et imposer leur rythme. Malgré une fin de première période un peu brouillonne, ils
menaient logiquement 26-7 à la pause.
La seconde démarrait comme la première, sur les chapeaux de roues. Perraux refroidissait
les ardeurs et les intentions de l’USM avec une interception (33-7, 42e). Mais dans la foulée,
les Sapiacains revenaient totalement dans le match avec deux essais coup sur coup, dont
un après une belle relance de Yann Ruel Gallay (33-21, 46e). La suite de la rencontre verra
un cavalier seul des locaux qui marqueront un total de dix essais au final, et qui joueront les
dix dernières minutes en supériorité numérique après un carton rouge adressé à Yann Ruel
Gallay pour un plaquage haut sur Bertrand Guiry. Maxime Lucu et les autres quittent le club
sur une belle note.

Le tournant : L’essai de De Coninck, qui scelle la victoire


Alors qu'ils viennent d’encaisser deux essais et qu’ils ont vu leur avance passer de 33-7 à
33-21, les Biarrots sont sur un temps fort dans le camp adverse. Sur un décalage et après
une sautée de Jarrod Poï, Lucas de Coninck marque en bout de ligne (53e). Un second
essai personnel cette saison pour le deuxième ligne, qui scelle assez rapidement l’issue de
la rencontre.

L’homme : Ilian Perraux


Pour sa onzième titularisation de la saison - la neuvième au centre - l'ancien Angoumoisin
s’est fait remarquer avec un triplé, portant ainsi à sept essais son compteur personnel. Sur
le premier, il bonifia le passage de bras de son compère Dachary. Sur le suivant, il fut à la
conclusion d’une remontée fantastique (lire plus bas), alors que sur le dernier, il sentit le bon
coup en interceptant un ballon dès le début de la seconde période. Enfin, il amena l’essai
d’Elkington (75e) en perçant la défense montalbanaise sur la ligne médiane.
L’essai : Perraux, à la conclusion d’une relance de 95 mètres
Tout part d’une touche rapidement jouée par Ximun Lucu, pour son frère. La balle arrive à
l’aile de Leone Ravuetaki qui, d’un crochet, élimine son vis-à-vis et remonte une quarantaine
de mètres. Les bons relais de Bertrand Guiry, puis de Thomas Synaeghel permettent au ballon de vivre, tout en se rapprochant dangereusement de l’en-but adverse. Puis Ilian
Perraux arrive dans l’axe pour son deuxième essai de l’après-midi. Particulièrement collectif
pour le coup.


Les meilleurs


À Biarritz : Hewitt, M. Lucu, Dachary, Perraux, X. Lucu, Poi
À Montauban : Sousa, Luatua, Bosviel

Pablo Ordas
Voir les commentaires