• Kerr Barlow
    Kerr Barlow DR - DR
Publié le / Modifié le
Challenge Cup

Culture kiwi

Forts de leur identité territoriale, Clermontois et Rochelais n’en demeurent pas moins ouverts à d’autres influences, néo-zélandaise en premier lieu. Une des clés de leurs succcès...

La greffe a commencé du côté de Clermont en 2006, lorsque Vern Cotter débarqua en Auvergne pour y prêcher la bonne parole, rapidement rejoint par un jeune ouvreur inconnu, Brock James (Australien de naissance mais élevé à la mamelle du rugby néo-zélandais durant sa formation). Le début d’une lente perfusion qui fit de l’ASMCA le plus néo-zélandais des clubs français. Une influence prolongée bien sûr par le passage d’entraîneurs adjoints de la trempe de Joe Schmidt ou Jono Gibbes, mais également de joueurs comme Sitiveni Sivivatu ou Regan King, qui ont considérablement marqué l’effectif auvergnat. Cette dynamique ? La promotion de Franck Azéma en tant qu’entraîneur numéro un ne la brisa certainement pas, le technicien catalan demeurant un fervent admirateur du rugby produit aux antipodes. Ce dernier ne cessant jamais d’aller piocher des idées du côté des franchises de Super Rugby voire des All Blacks, ainsi qu’en témoignent ses échanges réguliers avec les entraîneurs Mike Cron et Ian Foster (tous deux membres du staff des Tout-Noirs, respectivement en charge de la mêlée et de l’attaque). Ou tout bonnement des forces vives à l’image des Moala, Toeava, Nanai-Williams et autres Fritz Lee (régulièrement promu au rang de capitaine cette saison), qui apportent leur plus-value sportive et une valeur d’exemplarité dans leur métier, dont Azéma souhaite que ses jeunes joueurs français s’inspirent. "Sur des petits détails dans la façon de se passer et d’attraper le ballon, de prendre de l’espace sur le terrain, les Néo-Zélandais donnent des débuts de piste vers autre chose, nous expliquait un jour Azéma. Mais surtout, ce qui frappe chez les All Blacks, c’est l’extrême exigence associée à une grande tolérance. Ils incarnent le sens des valeurs du vivre ensemble, de l’esprit d’équipe, et il est bon que les joueurs de la jeune génération soient confrontés à cela. "

La Rochelle : le trio Vito, Kerr-Barlow, West au relais de Jono Gibbes

Une politique dont le Stade rochelais s’est lui aussi inspiré. Et s’il est patent que Patrice Collazo s’est de son temps largement inspiré de ce qui se pratiquait à l’autre bout du monde (à l’origine notamment des venues de Uini Atonio, Jason Eaton et Victor Vito, à qui il a tour à tour confié les galons de capitaine, sans oublier René Ranger dont l’aventure fut malheureusement un échec), la tendance s’est encore accélérée depuis l’arrivée aux commandes de Jono Gibbes. En effet, au-delà des systèmes déjà mis en place après l’excellent travail de Xavier Garbajosa, l’éphémère patron de l’Ulster et de Waikato n’a pas hésité à confier progressivement les clés du jeu à des joueurs néo-zélandais, en installant notamment la charnière Kerr-Barlow-West pour diriger la manœuvre aux côtés du boss Victor Vito, dans un style un peu moins "tout feu tout flamme " que la saison dernière, qui semble bien mieux convenir aux deux hommes. De quoi créer un axe 8-9-10 parlant la même langue et nourri à la même culture, capable de prendre en commun les bonnes décisions dans le feu de l’action. "Tawera Kerr-Barlow et Iahia West arrivent d’un pays où les projets de jeu sont beaucoup plus fondés sur la programmation et le pragmatisme, confirmait Xavier Garbajosa voilà quelques mois. Il a fallu du temps pour qu’ils se mettent au diapason, pour les mettre en confiance. Mais ils ont su trouver un savant mélange de leur culture et de nos principes dans leur jeu. "

On en veut ainsi pour preuve l’entrée de Kerr-Barlow aux côtés de ses compatriotes ce week-end, qui fut clairement le tournant du match lors de la difficile victoire obtenue contre le Toulon de Patrice Collazo. De quoi décider définitivement les entraîneurs à titulariser le demi de mêlée aux 28 sélections chez les All Black face à Clermont à la place d’Alexi Balès, pourtant excellent tout au long de la saison ? C’est bien ce qu’on peut imaginer, oui…

Midi Olympique
Sur le même sujet
Réagir