• Déjà responsable de l’école de rugby, Antony Scellers, ici à gauche avec le président Gérard Camus, a été nommé entraîneur adjoint de la première. Reste à trouver l’entraîneur principal.
    Déjà responsable de l’école de rugby, Antony Scellers, ici à gauche avec le président Gérard Camus, a été nommé entraîneur adjoint de la première. Reste à trouver l’entraîneur principal. DR -
Publié le / Modifié le
RC Arras

L’apaisement par voie interne au club d'Arras

Après une saison marquée par les évictions de cinq entraîneurs, les dirigeants arrageois se sont tournés vers un licencié du club pour apaiser les esprits. 

Avec cinq entraîneurs évincés en une seule saison, les Arrageois ont battu tous les records en la matière. Ni Mourad Boudjellal, pourtant très actif par le passé, ni aucun autre responsable de club n’a autant tranché de tête de techniciens en aussi peu de temps que le président Gérard Camus. Les méthodes du premier des remerciés avaient créé l’unanimité des joueurs contre lui. Le duo Grenon-Baville qui lui avait succédé, s’était mis tout le vestiaire à dos au détour d’un déplacement au Havre parce que les joueurs souhaitaient mettre en place une autre façon de fonctionner, qu’ils n’avaient pas cautionnée. Le schisme avait provoqué leur éloignement. « Ils ne venaient plus entraîner, alors au bout de quatre fois il fallait bien réagir », explique Gérard Camus. Pour les remplacer, le vice-président Bernard Pradeau, un ami d’enfance de Gérard Camus, avait sorti de sa poche l’ancien international Michel Crémaschi, bien connu à Lille où il a entraîné. Monté du Pays basque où il réside pour régler les problèmes de fonctionnement, et venu avec Vincent Lelano, l’ancien pilier du Racing Club de France, leur duo « quatre étoiles » n’a pas tenu plus de quelques semaines. « Trop autoritaire », ont jugé les joueurs, dont l’assiduité qui déjà défaillait, était tombée au plus bas. On a compté douze « pelés » un soir de travail en Fédérale 2. La réserve a fini forfait général au bout de cette saison sans relief, ponctuée en équipe première de quelques toises mémorables - défaite 132-5 au Rheu lors du dernier match - et d’un bilan comptable où ne figure qu’un seul succès. Face à la réticence des joueurs de travailler avec Crémaschi et Lelano, Gérard Camus a donc ouvert la trappe sous leurs pieds comme il l’avait déjà fait deux fois auparavant avec leurs prédécesseurs. Au cours de la saison, cinq joueurs sous contrat jugés peu volontaires, avaient aussi été remerciés.

Antony Scelers pour accompagner un nouvel arrivant

À la fin de ce fiasco de championnat, et face à la possibilité d’un éclatement possible de tout l’effectif, l’équipe dirigeante a décidé de changer son fusil d’épaule pour répondre aux demandes de l’effectif. Réuni vendredi soir en conseil, avec la cellule de recrutement composée pour répondre à toutes les problématiques, dans laquelle figure le capitaine Thibaut Guyonnet, le comité directeur a voté la promotion d’Antony Scellers auprès de l’équipe première. Ancien joueur du club, ce jeune licencié (28 ans) titulaire du DPJEPS et responsable de l’école de rugby, sera l’adjoint d’un responsable encore à désigner. « Il fallait agir vite, explique Gérard Camus. Les joueurs savent maintenant que le club a pris une nouvelle direction. Il nous reste à choisir un entraîneur référent, mais sa personnalité collera avec notre projet de reprise en Fédérale 3, fondé sur un effectif « Hauts-de-France ».» Malgré les difficultés de cette équipe qui avant sa chute fut le phare de la ligue des Hauts-de-France, une petite dizaine de CV est arrivée sur le bureau de Gérard Camus depuis la France entière. La cellule de recrutement est partie sillonner la ligue tous azimuts pour contacter des anciens toujours en activité, et tous les autres qui pourraient être intéressés par le redressement de ce club historique. « Quatre-vingt dix contacts ont été établis, explique Gérard Camus, qui a programmé une ambition de retour en Fédérale 2 d’ici trois ans. Toutes les composantes du club ont été associées à ce projet, et le temps des reproches faciles n’a plus cours. Il faut relever le club de cette saison catastrophique. » À suivre...