• La ligne de trois-quarts toulousaine a fait voler en éclats des Palois.
    La ligne de trois-quarts toulousaine a fait voler en éclats des Palois. DDM / DDM
Publié le / Modifié le
Top 14

Pour Toulouse, c'est déjà le festival de cannes !

En inscrivant treize essais, record de la saison en top 14, les Toulousains ont assuré le spectacle à Ernest-Wallon et offert une nouvelle démonstration offensive qui confirme leur potentiel. C'était trop, beaucoup trop pour les Palois totalement dépassés.

C’était les "Toulouse Globetrotters" ! Pour au moins la dixième fois, les Rouge et Noir ont marqué le plus bel essai de la saison au quart d’heure de jeu quand Ramos a décidé de relancer un ballon dans ses 22 mètres, quand après deux coups de pied par-dessus, des interventions décisives de Guitoune et Ahki ou une passe magistrale à l’aveugle de Médard, Kolbe a fini dans l’en-but palois. Dans la lignée de ce que proposent les Stadistes depuis des mois.

À savoir : turnover, prise d’initiative, fluidité, vitesse et exécution. Du grand art. "Avec cette ligne de trois-quarts, il fallait absolument miser sur les ballons de récupération, comme on a l’habitude de le faire, explique Yoann Huget. On l’a vu sur cette action, on récupère un ballon à dix mètres de notre ligne et on n’hésite pas à jouer le coup. Chacun est dans la même philosophie."

Et le festival de cannes, avec des arrières en feu à l’image d’un trio Kolbe-Médard-Huget irrésistible sur le fond du terrain, fut sublime. L’ailier international de poursuivre et de souligner l’apport du facteur X sud-africain, encore auteur d’une prestation magistrale : "Quand Cheslin est dans un jour pareil, surtout positionné à l’arrière, il nous fait du bien. Il affectionne ce poste et nous place toujours dans l’avancée. On sait que, quand il est cet état-là, ça peut se décanter à tout moment, donc on reste en éveil pour le suivre. Toute l’équipe se met au diapason de ce joueur."

D’où la tentation récurrente d’Ugo Mola de fixer Kolbe en numéro 15 quand les conditions lui permettent de s’exprimer librement et de toucher davantage de ballons. Puis faire briller autour de lui. Le genre de scénario dans lequel se régalent tous les Toulousains. Pour preuve, avec l’essai d’Ahki, ils sont désormais quatorze des seize trois-quarts utilisés à apparaître dans le classement des marqueurs. Seuls Pierre Fouyssac, gravement blessé après trois journées, et Théo Belan (168 minutes au compteur) n’ont pas marqué. "C’est bon pour la confiance même si, en vue des phases finales, il faudra peut-être réduire un peu la voilure, assure Maxime Médard. Tout le monde a pris du plaisir. On s’est bien trouvés, on a tenté des choses et ça a fonctionné."

Huget : "L’accent avait été mis sur la défense"

Le même Médard avait indiqué dans la semaine qu’il convenait aussi de retrouver de l’appétit offensif après deux matchs sans essai, au Leinster et à Castres (les seuls de l’exercice) même si le succès au CO a rassuré sur la capacité de cette formation à s’adapter dans des duels âpres.

Régis Sonnes : "Quand on marque treize essais, on peut dire qu’on a retrouvé de l’allant mais cela fait un petit moment que cette qualité est revenue au niveau des entraînements. Notre force, c’est ce liant. Avec de tels mouvements et toujours du soutien, on parvient à avoir des séquences magnifiques." 

Bien aidés par des Palois largement remaniés et déjà concentrés sur une prochaine échéance prioritaire, ses hommes ont donc su rester sérieux. "Quand tu as déjà inscrit quarante points à la mi-temps, la meilleure façon de finir le match est la réponse donnée dans le deuxième acte, reprend Médard. C’est-à-dire jouer ensemble, ce qui est important, car le piège aurait pu être de tomber dans le chacun pour soi. Le résultat parle pour nous."

Le contenu aussi, et pas nécessairement sur le secteur le plus visible quand on observe l’ampleur du score. Si Toulouse a livré un récital, c’est peut-être d’abord grâce à l’efficacité de sa défense. Un paradoxe ? Pas vraiment. "On avait dit que, sur les trois derniers rendez-vous de la phase régulière, il ne fallait pas se concentrer sur l’adversaire mais sur le jeu qu’on pouvait produire, pour justement fixer des objectifs et les atteindre à chaque fois, détaille Huget. Là, c’est fait, d’autant que l’accent avait été mis sur l’aspect défensif dans la préparation. Pour bénéficier de bons turnovers, il faut s’appuyer sur une grosse défense."

Satisfaction partagée par Sonnes : "On ne s’attendait pas à une telle performance mais la réussite est d’être resté dans nos schémas collectifs Le but était de voir où on en était, de respecter ce qu’on fait la semaine et d’être précis." Contrat plus que rempli.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir