Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Fédérale 3 : Saverdun - Saint-Girons se retrouvent en 16es de finale !

Lors de la première manche des phases finales, à Jacou et Navarrenx, Saverdun et Saint-Girons avaient tous deux partagé les points sur les terres héraultaises (20-20) et béarnaises (18-18). Dimanche dans leur enceinte de Paul-Fines et du Luc, Saverdunois et Saint-Gironnais se sont brillamment imposés (40-12) pour le premier nommé et (18-9) pour le Sporting. À la faveur de ce succès, les deux représentants ariégeois se sont donc qualifiés pour les seizièmes du dernier échelon fédéral.

Hasard du tableau éliminatoire, les deux formations seront adversaires les dimanches 19 et 26 mai. Une double confrontation ariégeoise qui donne matière à discussion dans toutes les chaumières du département et plus particulièrement dans le Couserans et la Basse Ariège, car le vainqueur aura le privilège de rejoindre le deuxième niveau fédéral. Un niveau de compétition que l’UA Saverdun a quitté au terme de la saison 2018. Cette année, le club qui a révélé Fabien Pelous, a bien maîtrisé son sujet en achevant la phase qualificative à la première place de sa poule avec un capital de seize victoires pour un passif de six défaites. Pour cela, l’ancien sociétaire de Fédérale 2 bénéficie de la faveur du pronostic. Ce statut d’outsider n’est pas fait pour déplaire au coprésident saint-gironnais, Vincent Bonzom : "L’an dernier, nous étions en Honneur, Saverdun en Fédérale 2. De plus, Saverdun a terminé premier de sa poule, de notre côté nous prenons la troisième place. En toute logique, Saverdun est le favori de cette double confrontation. Disons que pour nous, la saison est réussie. En tout début de saison, nous n’envisagions pas du tout de nous qualifier et encore moins de disputer les seizièmes de finale. On est heureux de se mesurer à un club avec lequel nous partageons les mêmes valeurs rugbystiques. Heureux aussi que ce soit la fête du rugby ariégeois." Une double opposition qui comble aussi les deux trésoriers. Le 19 mai lors de la première manche, le stade du Luc devrait dépasser les 2000 spectateurs voire plus. Un derby qui va désormais s’inscrire dans la belle et grande histoire du rugby ariégeois. D. N.

Réagir