• Schalk Brits, sous le maillot des Boks
    Schalk Brits, sous le maillot des Boks Icon Sport -
Publié le / Modifié le
International

Schalk Brits est de retour

Attention, retour du taulier : Schalk Britz, le talonneur international des Bulls, a purgé sa suspension de cinq semaines. Elle avait été jugée particulièrement sévère, presque absurde.

Schalk Brits, le talonneur vétéran des Bulls (37 ans), va retrouver les terrains pour affronter les Crusaders ce week-end. Il en a donc fini avec une suspension de cinq semaines. L’affaire a fait du bruit car tout le monde pense que Brits ne méritait pas ça. Il a été suspendu pour avoir donné un coup de poing à Akker Van der Merwe, le talonneur des Sharks. On peut comprendre sa frustration car il avait été projeté au sol par un coup de tête de Van der Merwe pour le virer d’un ruck, avant d’être arrosé frénétiquement par une rafale de coups de poing alors qu’il demeurait au sol sur le dos. Brits n’a fait que vaguement se défendre en touchant son adversaire à la tête c’est vrai. L’arbitre a expulsé les deux hommes (bonjour Salomon !). Alors que Van der Merwe n’a pris que trois semaines, Brits a été suspendu pour quatre matchs (en fait cinq semaines parce que les Bulls avaient une semaine d’exemption à ce moment-là).

Cette différence est motivée par le fait qu’il avait été condamné pour des coups de poing en 2013 et 2016 alors qu’il était en Angleterre, aux Saracens. Il avait frappé Owen Farrell, son coéquipier, lors du match Barbarians - Lions à Hong Kong, puis Nick Wood, pilier de Gloucester. C’est pour tout cela qu’il a été sévèrement condamné en première instance et en appel. "Il y a eu deux audiences et il n’a jamais été cité pour le coup de tête. J’aurais aimé, dans un souci d’équité, que les juges visionnent les images du début à la fin. De fait, mon adversaire n’avait aucune trace d’une faute dans son "casier" alors que moi, j’ai connu deux incidents il y a trois et six ans. Je me suis senti pénalisé parce que j’ai fait une longue carrière. Franchement, j’ai reçu ces cartons rouges il y a si longtemps… Ce verdict n’est peut-être pas juste mais je ne peux rien y faire. J’ai fait la paix avec lui, mon corps a eu du repos et je suis physiquement et mentalement rafraîchi. À l’avenir, j’aimerais juste m’assurer que le prochain joueur dans cette situation sera traitée de façon équitable", a expliqué Brits.

Puis il est passé au sportif : "La dernière fois que j’ai joué contre les Crusaders, c’était en 2009. C’est fantastique de les retrouver et de reprendrecontre les meilleurs. Je veux comprendre pourquoi ils gagnent toujours. Ils marquent tellement d’essais loin des zones de conquête…. En 2009, je ne pensais qu’à gagner, maintenant, j’essaie d’apprendre y compris et surtout de mes défaites."

Réagir