Publié le / Modifié le
Fédérale 2

En ballottage favorable

Châteaurenard a sans doute réussi le plus compliqué. Revenu de son voyage dans le Rhône avec au fond des poches le succès (+10), il lui faut maintenant composter son visa d’accès au prochain tour. Rien n’est encore fait, mais invaincus, cette saison, à Coubertin, où ils ont ramassé la bagatelle de huit bonus offensifs en onze matchs, les maraîchers sont pour le moins en ballottage favorable au moment de retrouver leur terre des Bouches-du-Rhône. D’autant que ceux-ci savent pouvoir s’appuyer sur une forte expérience des play-off : ce n’est qu’une statistique, mais sur ses six dernières saisons, Châteaurenard s’est invité par cinq fois à la table d’un huitième de finale. Or, cette année plus que jamais, il a fait de son accession en fédérale 1, une priorité. Cela donne un aperçu de l’état d’esprit actuel des Provençaux. Bref, se faire désormais blackbouler par Saint-Priest, où aucun club n’était encore venu s’imposer cette saison, ressemblerait à une énorme faute de goût. Pour autant, tout reste encore à valider. "On n’en est qu’à la moitié du chemin, relève, du reste, son technicien Nacim Bouaouali, maintenant, on n’a pas le droit de se relâcher, il y a un nouveau match à emporter." D’autant que Saint-Priest est un dur à la tâche. Accrocheur à souhait. Jusqu’à avoir réussi, en saison régulière, quelques petits coups d’éclat en dehors du Rhône. "Je suis déçu par l’écart qui ne reflète pas le match, il y avait la place pour un résultat plus serré, assure le San-Priod Christophe Tosoni, mais je ne suis pas déçu par notre rugby ; maintenant on sera à Châteaurenard décomplexé avec l’envie de réussir notre entame, de bien jouer et de finir sur une bonne note." De là à rebattre les cartes, il y a un pas… de géant. O. G.

Midi Olympique
Réagir