• Yannick Bru
    Yannick Bru Manuel Blondeau/Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Entretiens

Bru : "Le danger est d’attaquer avec la satisfaction du match passé"

Découvrez les propos du manager de l'Aviron bayonnais, qui revient pour nous sur la qualification de son équipe en barrage et sur les objectifs qui en découlent.

Comment, tout simplement, abordez-vous ce barrage ?

Avant le match face à Massy, nous sommes allés en stage. Cela nous a fait du bien. Nous ne savions pas où nous en étions. Nous avons rechargé les batteries. Et puis, à Brive, les joueurs se sont prouvé beaucoup de choses, notamment celle d’embêter le leader. Nous sommes bien dans nos têtes et sommes régénérés physiquement. Nous avons digéré les blessures de joueurs qui pesaient mentalement comme le deuxième ligne Guillaume Ducat, les flankers Armandt Koster et Benjamin Collet ou encore l’ailier Julien Jané.

Nevers semble en perte de vitesse. Quelle approche avez-vous de cette équipe ?

Une approche respectueuse. En points-terrain, ils sont devant nous. Nous avons gagné de cinq points chez nous, eux de six points chez eux. Nous sommes d’un niveau très proche. Je respecte cette équipe. Elle est très forte physiquement et organisée devant. Je respecte le travail accompli, celui de Xavier Péméja que tout le monde apprécie ici. Le mot est respect. Maintenant, leur dynamique n’est pas notre problème. On s’occupe de nous. Nous sommes bien mentalement et bien physiquement.

Avez-vous, à Brive, acquis des certitudes qu’il vous manquait précédemment ?

Nous avons très bien fait d’aller batailler à Brive. Tout ça pour ça, pourrait-on se dire. Mais cette équipe, jeune, a besoin de repères. Nous avons rivalisé face à l’équipe qui domine le championnat. C’est important dans notre cheminement. Tout le staff est satisfait même si nous y avons laissé des forces au-delà de la comptabilité.

Jugez-vous votre tableau favorable pour une place en finale ?

Franchement, je ne le regarde pas. L’important est d’être qualifié, d’offrir un quart de finale à nos supporters à Jean-Dauger. J’en profite pour remercier tous ceux qui s’investissent pour remplir le stade, pour qu’il soit plus chaud. C’est un partage avec nos supporters. Mais pas un aboutissement. On verra ce que le destin nous réserve.

Vous êtes-vous fixé un objectif ?

Notre ambition au départ était de terminer dans les six, d’intégrer des jeunes dans le groupe pro. Le seul objectif de ces phases finales est de n’avoir aucun regret. Il faut jouer ces matchs comme si c’était le dernier, avec beaucoup d’engagement.

Vous avez lancé beaucoup de jeunes. Continuerez-vous à leur faire confiance lors de ces phases finales ?

Nous restons fidèles à ce que nous avons mis en place, pour être prêts dans des moments comme celui-là. Le seul but, de toutes façons, est de mettre l’équipe la plus compétitive. Ce match sera la synthèse de notre saison.

Avez-vous encore des secteurs à peaufiner, sachant que la mêlée, par exemple, a donné satisfaction ?

L’équipe est jeune et perfectible. Tout demande à être amélioré. Mais il y a des signaux de progrès partout. La mêlée en est un exemple. Les très jeunes piliers ont été bien encadrés par Aretz Iguiniz. Nous sommes heureux de leur implication, de leur progression. Mais le danger est d’attaquer le prochain match avec la satisfaction du dernier. Il faut toujours faire preuve d’humilité.

Réagir