• Frédéric Urruty sous les couleurs nivernaises
    Frédéric Urruty sous les couleurs nivernaises Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Frédéric Urruty : "Profiter et ne pas subir"

Demi polyvalent de Nevers et du haut de ses 30 ans, le Montois d’origine, passé par Montauban, est l’un des couteaux suisses de l’USON. Son expérience sera un plus pour tenter l’exploit en terre bayonnaise.

Son nom fleure bon son Sud-Ouest natal. Son calme d’après-match tranche avec la hargne qui accompagna son coup de botte dans l’ultime ballon du match Nevers - Aurillac. Loin, dans les tribunes du Pré-Fleuri. La dernière munition qui validait, enfin, la saison chaotique des Nivernais. Comme ses coéquipiers, dimanche, Frédéric Urruty appréciait ce "soulagement" à sa juste valeur. Lui le polyvalent de la charnière se projetait ensuite sur le rendez-vous de samedi soir. "Bayonne, c’est une terre de rugby. Nous allons essayer de réaliser un gros coup là-bas. Vous me dites que nous ne partirons pas favoris ? C’est un truc de journalistes, ça (sourire). C’est un quart de finale, quatre-vingts minutes… Il faudra profiter de l’opportunité qui nous est donnée et surtout ne pas subir."

Se faire bouffer par l’enjeu, par l’ambiance, par la stature de l’adversaire, voilà les pièges dans lesquels les Bourguignons ne devront pas tomber. Ce groupe, néophyte en matière de phases finales, qu’une immense majorité d’observateurs semble vouer aux gémonies, aura-t-il les épaules assez larges pour ne pas couler sous les coups de l’Aviron ? La formation qui rivalisait avec le haut du pavé, en début de championnat, aurait sans doute modifié les pronostics. Mais celle qui sortit même, l’espace d’une journée, du peloton des six premiers en bout d’exercice, ne fait plus peur à personne. Elle puisera peut-être dans cette tendance, la force pour signer un exploit majuscule.

Les plus beaux moments

Frédéric Urruty s’engouffrait d’ailleurs malicieusement dans la brèche, comme un trou que l’on prend entre deux défenseurs. "Notre jeu est un peu aléatoire en ce moment, à nous d’en profiter." Mêlées et touches restent des secteurs où les Jaunets peuvent embêter tout le monde. Leur animation offensive, en berne depuis quelques temps, est capable de se réveiller. Contre les Cantaliens, un moment réduits à quatorze, on retrouva la cavalerie qui traverse le terrain…

Face à la référence bayonnaise, les jeunes Neversois n’auront pas grand-chose à perdre. "Nous irons là-bas pour continuer notre aventure. Ce sont les plus beaux moments. Les phases finales, on joue au rugby pour les vivre", conclut Urruty. Lorsque la victoire est au bout, c’est vrai, ces moments-là sont vraiment merveilleux.

Midi Olympique
Sur le même sujet
Réagir