• Dans le style de l’aviron
    Dans le style de l’aviron
Publié le / Modifié le
Pro D2

Aymeric Luc, l'avenir de l'Aviron Bayonnais

Aymeric Luc , l'arrière de Bayonne est devenu incontournable à l’orée des barrages. Il incarne la génération montante à laquelle est très attaché Yannick Bru.

Projeté en pleine lumière la semaine dernière, face à Brive, grâce à un essai audacieux où il se joue de trois défenseurs, Aymeric Luc ne fait que confirmer un talent récemment perçu à travers ses premiers matchs en pro et ceux, plus anonymes, en espoirs. "J’ai été surpris moi-même, livre-t-il. Le ballon n’était pas super. Je le garde et ça me sourit." L’arrière bayonnais de 21 ans adore, en fait, provoquer l’adversaire, jouer les duels. Sa marque de fabrique en quelque sorte.

au club depuis 2009

Formé à la prestigieuse école de rugby du Boucau-Tarnos Stade, déjà un bon départ, il débarque à 11 ans, quand ses copains de collège de Bayonne l’entraînent vers l’Aviron. Il traverse toutes les catégories au poste de demi de mêlée, avec une parenthèse, toutefois, en cadets quand son entraîneur Thomas Ossard le place à l’arrière. Bonne intuition. Aymeric Luc a embrassé ce poste il y a deux ans, quand la concurrence à la mêlée se faisait rude. D’où peut être ce goût de l’aventure, du risque, cette propension à relancer plutôt qu’à se servir de son pied. "Je ne l’utilise pas beaucoup, c’est vrai, confirme-t-il. Mais je le travaille ainsi que les duels en l’air. Cela vient de ma nature. J’aime déclencher les duels." Ces qualités, il les exprime aussi à VII. Une discipline qu’il découvre presque par hasard et qui l’amène jusqu’à l’équipe de France développement. "Je voulais aller vers d’autres horizons. Comme le calendrier espoirs est léger, c’était une opportunité. Mais je ne me projette pas dans cette pratique différente, exigeante mais sympa." Le jeune Basque a donc certainement horreur de l’inactivité. Aussi, en parallèle de sa carrière sportive naissante, il se dirige vers un diplôme de commerce, bac +5, avec déjà une licence en poche : "On ne peut pas se reposer uniquement sur une carrière sportive qui est un objectif, certes, mais pas une fin en soi. Et puis, ça vide l’esprit."

Titulaire les deux derniers matchs, face à Massy et Brive, il l’avait été trois autres fois sur un total de neuf feuilles de matchs depuis janvier. Il semble désormais s’ancrer avec le numéro 15, à la place des Bustos Moyano, Tisseron - replacé au centre - et consorts… "J’ai profité des blessures et des turnovers" rétorque-t-il humblement. Peut-être mais pas un hasard ni un concours de circonstances. Le souhait affirmé de Yannick Bru est de faire confiance à la jeunesse du cru. Même à l’heure de vérité qu’est ce barrage. "Ca ferait un hic de ne pas le passer. Je l’attaque avec sérieux et aussi légèreté…" Aymeric Luc sait se dégager de toute pression. Son autre force. 

Réagir