• La joie d'Owen Farrell et Maro Itoje après la victoire des Saracens en finale de Champions Cup contre le tenant du titre, le Leinster
    La joie d'Owen Farrell et Maro Itoje après la victoire des Saracens en finale de Champions Cup contre le tenant du titre, le Leinster Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Champions Cup

La 40ème rugissante

Les Saracens ont été couronnés après un match de très très haut niveau. Il a basculé juste avant la pause. 

L'Histoire retiendra que Billy Vunipola a plié le match à la 67ème minute, se détachant d'une mélée dominante pour marquer en solo à un contre quatre. À 20-10, les Londoniens avaient trop d'avance pour être rejoints. Le carton jaune du Dublinois Scott Fardy (58ème) a donc coûté très cher. Mais les Saracens ont enchaîné par un dernier quart d'heure terrible. Une leçon d'occupation et d'étouffement adverse pour conserver leur pécuke devant des Irlandais devenus impuissants.

Pourtant, le Leinster a mené 10 à 0 à la 33ème avec un essai de Furlong dans des conditions très similaires à celui de Vunipola. Une mêlée à huit contre sept et un départ du 8 qui fait la différence. Itoje s'était fait expulser temporairement peu avant. Mais les Londoniens n'ont pas paniqué. Ils sont revenus à 10-10 avant la pause, une première mi-temps qui restera dans les annales par son intensité. Ceci dit, il nous a bien semblé qu'à 10-3 et 40 minutes révolues, le Leinster aurait pu taper directement en touche pour être sûr de virer en tête. McGrath en a trop fait en tapant par dessus. Les Saracens ont exploité ce cadeau avec une pénalité, et une séance superbe de "puissance patience" jusqu'à l'essai de Maitland qui a tout changé (passe volleyée magnifique de Farrell). Ne soyons pas trop durs avec le Leinster, il fallait être deux pour faire un match superbe.

Sur le même sujet
Réagir