•  Xavier Pemeja during
    Xavier Pemeja during IconSport -
Publié le / Modifié le
Entretiens

Hors de question pour Nevers de venir à Bayonne en victime

Xavier Péméja, le manager général de Nevers sait combien est grand l’obstacle qui se dresse devant les siens. Mais il est hors de question de se rendre à Bayonne en touristes.

Midi Olympique : Cette saison a été bizarre mais vous allez tout de même disputer un barrage…

Xavier Péméja : Oui, nous sommes dans l’objectif. On pourrait être au dessus, dans les quatre. Le regret est là. Le côté positif, c’est que nous sommes qualifiés. Nous avons eu très peur de ne pas l’être après avoir peut-être rêvé un peu. Maintenant, l’opportunité de jouer un barrage se présente à nous.

Avec une préparation forcément particulière puisqu’un long voyage vous attend ?

X.P. : Elle est courte mais c’est le cas pour tout le monde. Même si, nous devons effectuer un long déplacement en plus. Voilà un des avantages de terminer parmi les quatre premiers. On aurait pu le faire. Nous verrons bien.

Quelles armes serez-vous en mesure d’opposer aux Bayonnais ?

X.P. : Nos deux équipes se valent. Lors de la saison régulière, ce fut deux matchs serrés. Nous aurions pu l’emporter à Bayonne et ils auraient pu en faire de même à Nevers. Si les deux formations sont à 100 %, la rencontre sera très tendue.

Qu’est-ce qui peut faire, justement, qu’une équipe ne soit pas à 100 % ?

X.P. : Le risque de passer à côté tient à des détails dans ce genre de rencontre. Un ballon lâché au mauvais moment, ne pas prendre le score, la discipline. Le danger dans ces matchs c’est d’être vite mené 3, 6, 9…

3, 6, 9, ça peut correspondre à trois drop-goals, action qui refleurit en phase finale et que vous avez connue, dimanche, à votre détriment ?

X.P. : Joris Segonds est un grand, C’est un futur très grand. Il y a des joueurs capables d’inscrire des drops (l’ouvreur aurillacois en a marqué quatre, dimanche au Pré-Fleuri, N.D.L.R.). Chez le dropeur, c’est ancré en lui. Nous ne possédons peut-être pas ce type d’artificier.

La saison passée, l’Uson s’était imposée à Jean-Dauger, cela peut-il compter ?

X.P. : Non. Eux traversaient une mauvaise passe, ils étaient dans le doute et nous, nous étions encore cachés, si l’on peut dire. Ce n’est plus le cas désormais.

Du coup, quasiment personne ne vous accorde le statut de favori ?

X.P. : C’est normal. La qualité collective de Bayonne est indéniable et les Basques évolueront sur leur pelouse, poussés par leur formidable public.

Nevers est-il en capacité de réserver des surprises à son adversaire ?

X.P. : La surprise serait de l’emporter. Le danger serait de lâcher. Nous sommes qualifiés, c’est super mais nous ne devons pas nous rendre là-bas juste pour écouter la peña baiona… Les phases finales, c’est trop important. L’histoire du championnat régulier est terminée. Place à une autre histoire avec cette différence que si on la démarre mal, elle s’arrêtera. à nous de l’écrire. Soit on se contente de l’introduction, soit on développe un peu plus.

Midi Olympique
Réagir
Les commentaires (1)
jeje5810 Il y a 2 mois Le 11/05/2019 à 18:01

USON en route pour l'exploit !
Faîtes nous rêver
Allez jaunes et bleus