• Les Clermontois ont exulté après le titre de Challenge européen décroché vendredi soir contre La Rochelle. Quelques semaines avant un autre rendez-vous en finale de Top 14?
    Les Clermontois ont exulté après le titre de Challenge européen décroché vendredi soir contre La Rochelle. Quelques semaines avant un autre rendez-vous en finale de Top 14? Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Challenge Cup

"Petits" plaisirs coupables

Champion, mon frère ! Impressionnants en finale du Challenge européen, les Jaunards savourent les premiers bouillonnements du printemps. Une « petite » Coupe d’Europe pour un grand bol d’espoir…

À Newcastle, les Jaunards ont marqué les esprits. "Clermont m’a impressionné, confie le Rochelais Jean-Pierre Elissalde. Aujourd’hui, l’ASMCA fait incontestablement partie des cinq meilleures équipes européennes. En gros, tu as Toulouse, les Saracens, les deux provinces irlandaises (Leinster et Munster) et derrière, tu as vite fait le tour." Vainqueurs du Challenge européen pour la troisième fois de leur histoire (après 1999 face à Bourgoin et 2007 face à Bath), les gaziers d’Azéma ont aussi prouvé, en collant trente points à un des plus sérieux candidats à la qualif’, qu’ils étaient aujourd’hui les seuls à pouvoir regarder, en France, le Stade toulousain dans le blanc des yeux. Avec ou sans leur capitaine. "L’absence de Morgan Parra pourrait être un coup dur, souffle le président Eric de Cromières. Mais nous avons la profondeur de banc pour répondre à ce genre de désagrément. Greig Laidlaw a d’ailleurs été remarquable à Newcastle. Et puis vous savez, Morgan ne sera jamais très loin du vestiaire…" à ce sujet, il se raconte d’ailleurs que Parra, qui a annoncé le lendemain de la finale sa fin de saison, garde dans un coin de la tête la possibilité d’un retour "surprise" à la façon de Fritz Lee ce week-end ou Toeava une semaine plus tôt. Osé, le pari n’est pas intenable, dans la mesure où les kinés de l’ASMCA passent leurs vingt prochaines nuits sur la carcasse du demi de mêlée des Bleus et sa cheville meurtrie. Le délai paraît court et la perspective peu réalisable pour les demi-finales, à Bordeaux. En revanche, en cas de qualification pour la finale, le staff clermontois pourrait bien compter sur la patte gauche du «merdeux».

On parie ? Au-delà du cas Parra, la dernière sortie des Jaunards a pareillement prouvé à quel point le retour d’un arrière de métier (Isaia Toeava) était capital, avant que ne soit lancé le sprint final. Au fond du terrain, l’ancien All Black (36 sélections) présente en effet d’autres garanties que le jeune Setariki Tuicuvu (23 ans), encore trop tendre pour le poste. Plus pertinent dans son jeu au pied et sans équivalent lorsqu’il s’agit de créer un déséquilibre dans la ligne, Toeava incarne, plus encore que Judicaël Cancoriet, le retour "bankable" de la fin de saison. "Ce titre européen a surtout fait ressortir une force collective, poursuit Eric de Cromières. À Newcastle, je me suis d’ailleurs régalé. C’était une très grande finale de Challenge européen et finalement, la puissance a parlé : on a bien dominé devant. Mais La Rochelle avait à disposition quelques excellents archers, capables de vous planter des banderilles venant de très loin. Rattez, Retière, ils pédalent vite…"

De Cromières : "C’est nul, Chelsea-Arsenal ?"

Vendredi soir, passée la remise du trophée, les Jaunards ont aussitôt rejoint l’aéroport international de Newcastle : décollage à 3 heures du matin, arrivée à Clermont-Ferrand deux heures plus tard. On a connu titre plus arrosé. De Cromières développe : "Il y avait plus de 500 supporters en Angleterre. C’est bien, compte tenu du fric que peut coûter un tel voyage. Et chez nous, à Clermont, le maire avait donné aux bars des autorisations spéciales afin que la nuit se prolonge…" Le lendemain, près de 4 000 personnes étaient également massées dans les tribunes du Michelin pour découvrir ce qu’il est communément appelé la « petite » Coupe d’Europe, une métaphore qui met en rogne le président de l’ASMCA : "Cette répétition permanente de "petite Coupe d’Europe" me fatigue. Je trouve ça très con, pour tout vous dire." À ce point ? "Oui ! Il y a des compétitions et l’important, c’est que des gens s’engagent pour les gagner. Avec La Rochelle, Northampton, les Harlequins ou Sale, on a tous valorisé ce tournoi en donnant tout pour qu’il soit le plus beau possible. Grande coupe, petite coupe, on s’en branle ! Au foot, la finale de la petite coupe d’Europe, comme vous dites, c’est Chelsea-Arsenal ! C’est nul, Chelsea-Arsenal ?"

De Cromières : "Prêt pour gagner une autre finale"

Petite ou pas, cette Coupe d’Europe a également démontré qu’au printemps 2019, et après avoir traîné si longtemps la réputation de "maudit", le club auvergnat a bel et bien fait le deuil du complexe d’infériorité qui s’emparait de lui, dès lors que se dessinaient les très grands matchs. "Moi, enchaîne le président clermontois, je ne suis pas superstitieux. En Auvergne, on vit notre vie au jour le jour. On vient de gagner deux finales de suite et on est prêt pour en gagner une troisième, il n’y a pas de problème…" Après une saison en enfer, les Jaunards ont donc dans l’idée de réaliser un doublé Europe-Top 14 qui ravirait ses partenaires, qu’ils aient une loge à quelques centaines de milliers d’euros la saison ou un abonnement en  "pesage".
Et pourquoi pas, après tout ? À l’heure actuelle, l’ASMCA semble avoir le coffre nécessaire pour accomplir le doublé que Guy Novès comparait en son temps à « un marathon suivi d’un Iron Man ». Forts sur les bases, les Clermontois ont également profité de ces dernières semaines pour épurer l’atmosphère en coulisses, confortant Franck Azéma dans ses prérogatives, verrouillant les plus grosses pépites de son effectif : "On ne "verrouille" personne, conclut Eric De Cromières, décidément très à cheval sur la sémantique. Cette expression est désobligeante. On n’est pas dans le marché des esclaves. Damian Penaud et Alivereti Raka sont des hommes libres de leurs choix et s’ils ont choisi de rester chez nous, c’est qu’ils s’y sentent bien. Ils n’ont pas été enchaînés de force à la tribune du Michelin, que je sache…"

Sur le même sujet
Réagir