• Pour Maxime Médard, qui souffre légèrement des adducteurs, aucun risque n’a été pris contre Pau quand il a été remplacé à la mi-temps.S’il est à 100 % il sera du déplacement à Bordeaux dimanche. Photo Icon Sport
    Pour Maxime Médard, qui souffre légèrement des adducteurs, aucun risque n’a été pris contre Pau quand il a été remplacé à la mi-temps.S’il est à 100 % il sera du déplacement à Bordeaux dimanche. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

En mai, fais ce qu’il te plaît !

Assurés depuis longtemps d’être au rendez-vous des demi-finales du top 14, les stadistes ont dû aménager un mois particulier. Entre gestion, intensité et émulation...

Plusieurs membres du staff toulousain ont vécu des fins de saison à diverses inconnues, quand le club rouge et noir jouait sur les tableaux français et européen. William Servat, Clément Poitrenaud ou Jean Bouilhou avaient ainsi confié à Ugo Mola et Régis Sonnes, avant le déplacement au Leinster, qu’il était plus simple de se remettre d’une défaite en demi-finale qu’en finale. Quelques minutes après le revers en Irlande il y a trois semaines, justement en demi-finale de Champions Cup, l’expérimenté capitaine Jerome Kaino prévenait : "Nous avons encore un défi à relever cette saison. " Son coéquipier Sofiane Guitoune, à chaud, dans le même sens : "Notre histoire n’est pas finie ; il reste le championnat, une ambition très importante." Demeurait la question de la gestion des semaines à venir car le Stade toulousain se trouve, au vu de son avance en tête du classement, dans une situation particulière, qui l’assure depuis longtemps d’une place en phase finale et d’une demie à Bordeaux. "C’est surtout une interrogation pour le staff, évacuait Guitoune à l’Aviva Stadium. Mais nous n’avons pas le droit de nous prendre les pieds dans le tapis. C’est beau de faire tout ce qu’on a réalisé jusque-là mais, s’il n’y a rien au bout, cela n’aura pas servi à grand-chose. On ne peut pas terminer cette saison sans quelque chose." Mola en écho : "Notre objectif est de se préparer au mieux pour un match de phase finale supplémentaire. On devra être capables de puiser dans nos retranchements." Voilà pourquoi, six jours plus tard, l’encadrement, s’il avait fait souffler quelques cadres tels Elstadt, Guitoune ou Kolbe, avait aligné une équipe compétitive à Castres où elle s’est imposée. Mais Mola est confronté à un dilemme sur l’utilisation de ses hommes, d’autant plus qu’il ne peut actuellement compter que sur dix trois-quarts valides. Fruit d’inquiétudes, avec Tauzin (rupture du tendon situé au niveau du grand pectoral) qui a rejoint Mermoz ou Fouyssac à l’infirmerie.

Un stage de cinq jours en Espagne

Plusieurs options s’offrent. Ménager encore ses joueurs indispensables ? Ceci au risque de les voir manquer de rythme à l’heure du rendez-vous décisif ? "La gestion, par nature, nous ne sommes pas trop dedans, expliquait Sonnes la semaine passée. On va plutôt chercher à optimiser nos mouvements et notre collectif, sur les plans technique, physique ou mental." Contre Pau qui n’avait pas fait de ce déplacement une priorité, le choix était de proposer une composition séduisante, avec une majorité de partants certains pour Bordeaux, avec un récital offensif à l’arrivée (83-6) "Une première étape est passée, appréciait Sonnes au coup de sifflet final. Il en reste deux avant de se pencher sur la demie." Maxime Médard, qui souffre légèrement des adducteurs et avec qui aucun risque ne sera pris prochainement, allait plus loin : "On a fait un peu de physique et on a réussi à mettre notre jeu en place même si notre adversaire nous a facilité la tâche. Maintenant, il y a un week-end sans match, puis on rejoue deux rencontres avant un autre week-end sans match au moment des barrages. Il faut trouver du rythme et des repères." En ce sens, les Toulousains ont effectué des séances denses la semaine passée pour conserver une haute intensité. Après la dernière journée de phase régulière contre Perpignan, ils partiront cinq jours en stage (du 27 au 31 mai) dans la région d’Alicante (Espagne). Avec l’espoir de compter sur un groupe large (Holmes, rassuré par ses examens, est disponible et Ntamack, victime d’une commotion, sera revenu) et prêt à franchir un nouveau cap.

Réagir