• Le capitaine Jean-Baptiste Roidot et ses coéquipiers du Niort RC vont vers un avenir plutôt prometteur. Photo Olivier Drilhon
    Le capitaine Jean-Baptiste Roidot et ses coéquipiers du Niort RC vont vers un avenir plutôt prometteur. Photo Olivier Drilhon
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Niort pense à la saison prochaine

Le club de Niort se prépare déjà à la prochaine saison aux côtés de ses dirigeants et partenaires. 

Au gré de nos escapades hebdomadaires sur les chemins plus ou moins fleuris de notre rugby fédéral, nous avons fait des rencontres éclairantes et de singulières découvertes. Ainsi, nous avons appris de Gilbert Nasarre, ex-joueur (de Lourdes notamment) et ex-entraîneur, aujourd’hui président du Niort Rugby Club, que la ville capitale des mutuelles occupait le quatrième rang des places financières françaises. Ce détail nous interroge sur la capacité de la cité des Deux-Sèvres à exister par elle-même sur l’échiquier ovale et sur l’attractivité qui lui est propre. De ce développement accéléré par une réelle dynamique, il sera forcément question, le jeudi 16 mai, entre les 520 convives de la soirée de gala organisée à l’occasion des 25 ans de l’association de partenaires Drop, que préside François Ory. Non seulement, ils assurent 25 % du budget du club mais Gilbert Nasarre et les siens les font intervenir et réfléchir sur les projets du NRC. La fameuse première ligne Garuet, Dintrans, Ondarts mais aussi Rougerie, Gachassin, Bernard Viviès, Brian Liebenberg et Jean-Baptiste Elissalde seront là pour souffler les bougies.

Cependant, on ne peut s’empêcher de penser que cette soirée marquera de fait le lancement de la saison prochaine. Avant même de pousser plus avant le projet 2025, le rugby niortais a dressé un constat qui va conditionner le sens de ses prochaines actions. Gilbert Nasarre a chaussé sa longue vue : "Nous nous sommes projetés sur 2025 et nous avons constaté qu’être au meilleur niveau à cette échéance équivaudra à un niveau d’exigence que l’on trouve aujourd’hui chez les pros. Alors, on se dit qu’il va falloir accélérer l’allure et professionnaliser les structures qui reposent actuellement sur une centaine de bénévoles garants de l’âme du club. Faut-il conserver le statut d’association ou évoluer vers une SASP ? C’est aussi une réflexion car nous voulons pouvoir apporter des réponses immédiates à des questions que pourrait nous poser la FFR."

Dossat et Morel deux ans de plus

Ce travail par anticipation n’entrave pas la poursuite du projet 2021 fondé sur cinq piliers majeurs qui peuvent être résumés ainsi : être au meilleur niveau de la Fédérale 1, l’équipe espoirs devant être la vitrine de la formation niortaise ; conduire des actions tous azimuts dans le cadre de la citoyenneté et la vie associative ; se poser les questions de la transformation des infrastructures pour coller au plus près des réalités du rugby pro ; renforcer le développement économique au sujet duquel Gilbert Nasarre avance une piste : "Nous allons dessiner notre véritable zone d’attractivité jusqu’à des départements voisins pour faire en sorte que nos sources de produits soient examinées et que nous soyons plus sereins dans notre gestion." ; enfin, l’axe de la communication a déjà débouché sur de sensibles modifications. "Nous avons changé d’identité visuelle et de nom, rappelle le président. Nous avons voulu faire en sorte que les valeurs du rugby ne soient pas lettres mortes mais qu’elles s’appliquent dans notre quotidien."

Et comme la vérité vient toujours du terrain, ce sera ensuite aux acteurs du jeu d’agir. L’encadrement sportif composé de Laurent Dossat et Sébastien Morel, est engagé pour deux saisons supplémentaires dans une recherche de continuité. Quant à l’effectif, qui a souffert cette saison de quelques faiblesses quantitatives, il sera renforcé, notamment au niveau du cinq de l’avant… et du leadership. Une lacune à laquelle Gilbert Nasarre, fin connaisseur, veut absolument remédier.

Midi Olympique
Réagir