• Mathieu Bastareaud va disputer son dernier match à Mayol ce week-end contre Clermont
    Mathieu Bastareaud va disputer son dernier match à Mayol ce week-end contre Clermont Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

Ce n’est (peut-être) qu’un au revoir pour Bastareaud

Le natif de Créteil va disputer son dernier match à Mayol, dimanche, avant son départ pour New York. Laissant derrière lui un grand vide.

Pour comprendre le vide que va laisser Mathieu Bastareaud, il suffit d’assister à un match à Mayol. Lorsque le speaker égrène les compositions, le nom du trois-quarts centre suscite toujours les mêmes ovations et place "Basta" devant tous ses coéquipiers à l’applaudimètre. Même chose, lors des séances d’entraînement ouvertes au public, où ses dreadlocks sont scrutées. "Il représente les belles années du RCT. C’est le premier grand joueur français à avoir signé quand le club est redevenu attractif. Il voulait vraiment venir", explique Manu Bielecki, président du club de supporters les Z’acrau du RCT.

Mathieu Bastareaud et Joe El Abd (Toulon)
Mathieu Bastareaud et Joe El Abd (Toulon) - Icon Sport

"C’est le joueur parfait. Il n’y a jamais rien eu à lui reprocher, par son investissement et ses prestations. Il a su évoluer. Puis il a ce côté humain. On se sent proche de lui, tout le monde peut s’identifier à lui. On a admiré Wilkinson, mais c’était un extraterrestre. Mathieu est comme nous, avec ses failles, entier", détaille le supporter. Basta, le plus toulonnais des Parisiens. Charismatique, leader de vestiaire et sur la pelouse, le natif de Créteil est "un joueur particulier. C’est un mec à part", soulignait son manager Patrice Collazo, à l’annonce de son départ. Et de saluer : "Il a marqué l’histoire du club." Depuis son arrivée en provenance du Stade français en 2011, Bastareaud cumule, à ce jour, 209 matchs sous la tunique du RCT, 25 essais et surtout trois Coupes d’Europe et un Bouclier. Ce sont aussi des centaines de ballons grattés, une hargne en défense et des charges dévastatrices. Quelques coups de gueule et de sang également. Un Toulonnais on vous dit.

Un vide à combler

Depuis deux saisons, il est aussi le capitaine de cette équipe. Un nouveau rôle qu’il a pris à cœur, quitte à y perdre pas mal d’énergie, surtout durant une période où le club ne tournait plus vraiment rond. De quoi pousser à la réflexion et à susciter une envie d’ailleurs. Ainsi, il rejoindra New York après la Coupe du monde pour une expérience de six mois, avant de, normalement, revenir sur la Rade. "Il a besoin de voir autre chose, de respirer un peu. C’est une belle opportunité pour lui, cela va aussi beaucoup lui apporter en tant qu’homme. Je suis convaincu de retrouver un joueur et un homme différent à son retour", poursuivait Collazo. Dans une vidéo, qu’il avait publiée en compagnie de Vincent Clerc, Basta révélait ses motivations. "Le club comprend mon départ. Ils savaient que je voulais bouger. Ça fait deux ans que je l’évoque."

Tout en précisant que "ça fait 8 ans que je suis ici, Beaucoup de choses changent au club. Ce n’est pas que je ne m’y retrouve pas mais c’est le moment de laisser certains mecs s’épanouir. Ma présence peut les freiner à prendre le leadership car mine de rien, je pense prendre beaucoup de place et pas que physiquement !" Ses coéquipiers ne semblent pas forcément du même avis. "Ça fait quelques saisons que je côtoie Mathieu. Peut-être qu’il pense vraiment qu’en partant cela permettra aux jeunes de grandir, mais pour nous, sa présence est toujours rassurante. Il a beaucoup d’expérience, c’est bon de l’avoir à côté de soi quand on joue. C’est Basta quoi…", nous confiait Anthony Belleau. Pour les supporters la perte est rude. "Il va laisser un grand vide. Je ne sais pas s’il reviendra, il va peut-être se plaire là-bas, loin de toute pression. Une page se tourne, après Wilkinson, Laporte, maintenant c’est lui. C’est dommage qu’il parte sur une saison comme celle-là, sans phases finales et surtout par un dernier match un dimanche soir où le stade ne sera pas plein. Il mérite beaucoup mieux", conclut Manu Bielecki. Si son nom est déjà gravé sur l’Avenue des Légendes qui borde Mayol, Mathieu Bastareaud a conquis les cœurs toulonnais. L’un des leurs.

Fabrice Michelier
Sur le même sujet
Réagir