• Jennifer Troncy durant lors de la demi-finale entre Montpellier et Bayonne
    Jennifer Troncy durant lors de la demi-finale entre Montpellier et Bayonne Dépêche du Midi / SEBASTIEN LAPEYRERE - Dépêche du Midi / SEBASTIEN LAPEYRERE
Publié le / Modifié le
Féminines

La joueuse à suivre : Jennifer Troncy, madame finale

Samedi soir, ça sera la trentième finale de l’élite féminine estampillée FFR. Depuis 1990, dix clubs ont eu le privilège d’inscrire leur nom au palmarès : Saint-Orens, Chilly-Mazarin, Herm, Romagnat, Caen, Toulouges, Perpignan, Lons, Lille-Villeneuve- d’Ascq et Montpellier.

Dans ces trois décennies, ce dernier s’est brillamment illustré avec onze finales entre 2007 et 2019. Par sept fois, le club de la préfecture héraultaise a été sacrée (2007, 2009, 2013, 2O14, 2015, 2017 et 2018). Une joueuse incarne ces « 7 glorieuses ». Il s’agit de la demi de mêlée internationale Jennifer Troncy. Lors du premier sacre, en 2007 face à Caen (10-3), la Gardoise n’avait que 21 ans.

Au fil des saisons, elle est devenue une joueuse incontournable du MHR, une pièce essentielle. Samedi soir, sur la pelouse de Trélut, elle espère soulever son huitième bouclier et avoue ne pas être encore « rassasiée ». Seulement, en face, la phalange stadiste a bien l’intention de mettre un terme à l’hégémonie héraultaise. L’équipe chère au président Didier Lacroix a bien l’intention d’être le onzième champion de France de la discipline. Verdict samedi soir ! 

Midi Olympique
Sur le même sujet
Réagir