• Fabien Alexandre (Grenoble)
    Fabien Alexandre (Grenoble) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Grenoble : question de fierté

Pour leur avant-dernier déplacement de la saison, le fcg alignera une équipe remaniée. Parmi laquelle certains joueurs abattront leur dernière carte pour jouer le barrage...

C’est hier, en début d’après-midi, que les Grenoblois ont pris la route pour Pau. Un périple de plus de 700 kilomètres effectué intégralement en bus, avec une halte à Toulouse et une mise en place prévue ce matin, du côté de Blagnac. Une ambiance de voyage de fin d’année qui ne trompe pas beaucoup quant aux intentions iséroises… Depuis sa défaite face à Agen, le FCG sait pertinemment qu’il n’a plus aucune chance d’éviter les barrages, quand bien même il pourrait mathématiquement toujours rejoindre Pau, à la condition de deux victoires avec bonus offensif et de deux défaites non bonifiées pour la Section. Le genre de perspective hautement illusoire, étant donné que les Grenoblois n’ont pas empoché une seule victoire à l’extérieur, ni aucun bonus offensif cette saison.

Alors, quitte à ne remporter qu’un succès loin du stade des Alpes, autant que ce soit en barrage… C’est du moins le logique calcul effectué par les entraîneurs Dewald Denekal et Stéphane Glas, qui ont procédé à un large turnover cette semaine. L’objectif à Pau consistant autant à relancer quelques individualités en mal de temps de jeu que de permettre aux cadres laissés au repos de commencer à se préparer, dans l’optique du 2 juin… Capitaine cette semaine à l’occasion de son 34e anniversaire, le troisième ligne Fabien Alexandre se montrait philosophe, ainsi qu’il le confiait sur notre site rugbyrama.fr. "J’aurais préféré éviter ce barrage, mais c’est comme ça. Il faut s’y préparer. Maintenant, il faut se concentrer et garder notre énergie pour une chose : se préparer au moins mentalement et physiquement pour le 2 juin. Dans l’optique du barrage, c’est hyper important en tout cas de montrer un autre état d’esprit que celui affiché face à Agen. On a failli sur l’agressivité, sur les choses basiques du rugby. À Pau, au-delà du score, il faudra tout d’abord se rassurer sur notre rugby et sur la capacité à bousculer les équipes qui vont être en face."

Des places à gagner

En clair ? Soigner l’image du FCG, qui n’a jamais rien lâché cette saison à l’extérieur et pour qui il est hors de question de repartir du Hameau avec des soutes aussi chargées que les Béarnais lors de leurs deux derniers voyages. Et surtout marquer des points individuellement en vue des prochaines échéances, qu’elles soient à long ou à court terme, à l’image de joueurs comme Gervais Cordin, Franck Pourteau, Pablo Uberti, Raymond Rhule ou Killian Geraci qui joueront gros s’ils souhaitent participer au match couperet du 2 juin. "On va être une équipe très jeune et remaniée à Pau, assume Alexandre. Beaucoup de joueurs qui, je l’espère, auront la niaque, l’envie de prouver un peu aux coachs que durant la saison ils auraient pu jouer davantage. On y va avec un état d’esprit conquérant et libre. Il faut aussi se dire une chose : il ne reste peut-être que deux matchs en Top 14, donc il faut en profiter pour se faire plaisir, ne pas galvauder le match et ne pas passer pour des pipes." Histoire que les douze heures de bus prévues pour le voyage retour paraissent un peu moins longues…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir