• Pour Sofiane Guitoune, les Toulousains ne doivent pas galvauder ce déplacement à Bordeaux.
    Pour Sofiane Guitoune, les Toulousains ne doivent pas galvauder ce déplacement à Bordeaux. Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Top 14

La route des vingt pour Toulouse ?

C’est une forme de répétition que les Stadistes vont vivre dimanche à Bordeaux. Là où ils retourneront pour disputer leur demi-finale.

Trois semaines. Voilà ce qui sépare le coup d’envoi de ce rendez-vous dominical à Bordeaux de celui de la demi-finale, le week-end des 8 et 9 juin, toujours en cité girondine. Qualifié depuis fin avril et le succès à Castres, le Stade toulousain savait bien avant qu’il était dans le dernier carré du Top 14. Mais le hasard du calendrier fait que les hommes d’Ugo Mola vont vivre une forme de mise en bouche. "C’est un joli clin d’œil", rigole le trois-quarts centre Sofiane Guitoune. Et de reprendre : "Il me semble qu’à la base, il était prévu qu’on joue au Matmut. Cela aura été sympa d’y aller pour prendre nos marques." Contrairement aux saisons précédentes, les Rouge et Noir s’illustreront cette fois à Chaban-Delmas alors que leur prochaine rencontre couperet sera disputée dans la plus grande enceinte de la ville. Toujours est-il que, si la coïncidence demeure anecdotique, les coéquipiers de Jerome Kaino savent déjà qu’ils devront asseoir leur souveraineté, chez ce même "voisin" de la Garonne lors du mois à venir, pour espérer ramener, de Saint-Denis le samedi suivant, un vingtième Bouclier de Brennus dans la vitrine d’Ernest-Wallon.

Plus qu’une ambition, un devoir à en croire certains. "Je le répète à chaque discours que je peux tenir sur le terrain, ne cache pas Guitoune. Ce n’est pas de l’arrogance mais je dis aux autres que, vu ce qu’on a fait jusque-là, on n’a pas le droit de voir cette saison se terminer sans rien au bout. On a raté le coche en Coupe d’Europe et il est hors de question que cela se reproduise en championnat. C’est en le pensant tous les jours, chaque matin en se levant, qu’on va y arriver. Ce n’est pas autrement. Aujourd’hui, il y a tout pour le faire, si on garde notre niveau. Cela n’a rien à avoir avec le fait de se prendre pour d’autres, c’est juste la réalité de la saison. On doit décrocher quelque chose."

"Sur notre lancée"

Alors, d’ici la demie, le staff s’attache à préparer au mieux l’événement dans le contexte qui est le sien. Ainsi, il ne compte que dix trois-quarts valides, ce qui devrait par exemple le contraindre à ménager Maxime Médard, lequel souffre de douleurs aux adducteurs. Pour autant, pas question de croire qu’Ugo Mola et ses adjoints n’aligneront pas une équipe compétitive dimanche. Au contraire, ils sont conscients que leurs cadres ont aussi besoin de rythme pour aborder les phases finales de façon optimale. "Il reste deux matchs de phase régulière qui doivent nous servir à arriver confiants en demie", note Guitoune.

Sans trop se poser de questions sur les risques de blessure ou les dangers à éviter ? "Il faut qu’on continue dans la même direction, rétorque l’international. On a effectué des réunions avec le staff, pour savoir ce que l’on doit faire et améliorer. Moi, j’ai juste envie de répondre qu’il faut poursuivre sur notre lancée, reproduire ce que l’on fait depuis le début de saison. Si on y parvient, il n’y a pas de raison que l’avenir ne nous sourit pas." Et c’est bien connu : la route des vingt passe forcément par Bordeaux.

Sur le même sujet
Réagir