• Alexis Palisson (Lyon)
    Alexis Palisson (Lyon) Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

Lyon - La Rochelle : lancer le sprint

Soumis à une rude concurrence, l’ancien toulousain Alexis Palisson devrait revenir en jeu contre La Rochelle. Il revient sur sa situation et la fin de saison du Lou, qui espère valider son billet pour les phases finales ce samedi.

Depuis le début de saison, les Lyonnais s’affrontent par équipes lors d’épreuves diverses et variées, sortes d’olympiades pour agrémenter le quotidien et souder l’équipe. Dans le Var, la semaine dernière, les deux dernières épreuves ont eu lieu. Et elles n’ont pas souri aux « Cobras », équipe dans laquelle figure Alexis Palisson. « Nous avions une bonne équipe pourtant, souffle l’ailier. Nous avons été dans les premiers toute l’année et nous perdons sur les derniers jeux. » Tous les Lyonnais sont donc prévenus : on peut truster les premières places et voir les derniers espoirs s’envoler dans les deux dernières journées… Pour ne pas tomber dans le piège, les Lyonnais ont donc enfilé le costume des phases finales. Le stage au bord de la mer a permis d’aérer les esprits, de fixer des grands sourires sur les visages et de fixer les objectifs de fin de saison. Le premier commence par battre La Rochelle dans ce qui s’apparente à un huitième de finale. « Comptablement, nous ne sommes pas qualifiés, rappelle Alexis Palisson. Pour nous, ce match est un huitième de finale. Nous l’avons préparé en tant que tel. Nous allons devoir faire un gros match samedi soir contre une équipe qui a besoin de points. Il ne faut pas se relâcher. »

L’identité de l’adversaire, quatrième à quatre points du Lou, aura au moins pour vertu de faire ressentir le danger aux Lyonnais. Le niveau d’adversité devrait être plus élevé que lors de la venue de Bordelais à côté de leurs pompes il y a deux semaines. Et ce n’est pas la défaite des Rochelais en finale européenne contre Clermont qui abaissera le niveau de vigilance des Rouge et Noir : « Une chose est sûre : cette équipe a besoin de points. Pour eux aussi, c’est un huitième de finale. Cela va être très dur physiquement. Et nous devrons être présents mentalement. Il ne faut pas lâcher. Contre eux, le combat physique, le un contre un, est très éprouvant. Les Rochelais proposent un jeu direct sur les premières phases de jeu. Ensuite, ils ont beaucoup de joueurs d’instinct qui chassent les intervalles, jouent les passes après contact. Nous devrons être présents et alertes tout le match. »

« Petits soldats »

Absent depuis la victoire en déplacement à Pau le 7 avril, Alexis Palisson pourrait se voir offrir une chance. Toby Arnold, absent jusqu’à la fin de saison, et Xavier Mignot, toujours à l’infirmerie, les places à l’aile sont à prendre. Après deux saisons faites de haut et de bas à Lyon, Alexis Palisson veut saisir sa chance. « Je suis hors du groupe depuis plusieurs matchs, ce n’est pas facile, reconnaît l’ancien Toulousain et Toulonnais. Mais je me mets au service du collectif. C’est un groupe que j’apprécie beaucoup. Cela peut paraître cliché de le dire mais la concurrence est super saine. Nous nous entendons tous bien ! Le manager fait ses choix, nous sommes ses petits soldats. J’espère avoir ma chance ce week-end. Je vais tout donner pour l’équipe. »

Avant de partir comme prévu sur la rade à l’été prochain ? Rien n’est moins sûr. « Pour l’instant, je suis lyonnais. Je n’ai rien signé avec personne et il me reste un an au Lou. » Mais c’est le genre de chose dont il faudra s’occuper en tant utile. Pour le moment, c’est le prochain match le plus important. Et le nombre de matchs qui s’en suivra : entre un et cinq. « Il reste cinq matchs au maximum, il faut tout donner jusqu’à la fin. Nous travaillons tous individuellement pour être performants collectivement

Sébastien FIATTE
Sur le même sujet
Réagir