• Mathieu Bastareaud (Toulon) acclamé par les supporters toulonnais
    Mathieu Bastareaud (Toulon) acclamé par les supporters toulonnais Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

"Basta" cosi, va bene ! *

Si Mayol a salué le départ de plusieurs cadres de son récent et glorieux passé, c’est évidemment Mathieu Bastareaud qui s’est attiré les faveurs d’un public qui espère, plus que jamais, voir son capitaine revenir après son escapade de six mois à New York.

Si le mot va forcément fâcher du côté de Toulon où les compétiteurs sont légion, il était difficile de considérer cet intermède 2018-2019 autrement que comme une saison de transition, entre l’arrivée de Patrice Collazo au début de l’exercice et le départ - programmé ou pas - de cadres historiques à l’issue de la saison. Il va ainsi de la vie de toutes les équipes, et quand bien même le RCT aime à clamer qu’à Toulon "tout est différent ", le club au brin de muguet ne saurait constituer une perpétuelle exception… Voilà pourquoi, au-delà d’un enjeu sportif plus que limité, les projecteurs étaient surtout braqués dimanche soir sur ces joueurs amenés à porter une dernière fois la tunique rouge et noire. On veut parler ici bien sûr du capitaine du XV de France Guilhem Guirado, vainqueur du dernier titre de champion d’Europe du club en 2015, qui avouait dans la semaine "être redevable à vie " de ce que lui avait apporté le RCT. Mais aussi du pilier gauche Xavier Chiocci, titulaire lors du légendaire doublé de 2014, ou de François Trinh-Duc, arrivé au club en 2016. Sans oublier, évidemment, Juan-Martin Fernandez Lobbe, ancien troisième ligne devenu entraîneur des avants, honoré par la diffusion de l’hymne national argentin. Il se murmure d’ailleurs que si les yeux du "Cerveau " furent mouillés à ce moment, cela n’était pas que du fait de la pluie…

Au revoir… et à bientôt ?

Toutefois, au milieu de tous ces glorieux anciens, c’est bien vers Mathieu Bastareaud que se sont dirigés les regards de Chimène de Mayol. Parce qu’avec Bastareaud, c’est le dernier membre du glorieux triplé européen du RCT qui s’en va, lui qui connaît sa première saison sans phase finale depuis son arrivée à Toulon en 2011. Mais surtout parce que le capitaine du RCT, fort de huit saisons au club, en était le joueur le plus apprécié. "Lorsque je suis arrivé à Toulon, c’est un joueur sur lequel je me suis appuyé pour m’intégrer et comprendre ce groupe, témoignait son frère d’armes Guilhem Guirado. Mathieu, c’est un point d’ancrage et un relais permanent. Quand le ballon ne sera plus là, il restera un ami. "

Et un Toulonnais ? C’est à voir… En effet, le public varois espère bien que Bastareaud reviendra au bercail, après son escapade de six mois à New York, qu’il rejoindra en novembre prochain avec sa compagne Aurélie et son futur fils, dont la naissance est prévue pour le mois de juin… Une expérience qui verra Bastareaud concéder une baisse de salaire de 50 %, avant un retour en France. À Toulon ? "Dans l’idée, c’est une expérience pour mieux revenir, confirmait ce dernier dans les colonnes de l’Équipe. C’est juste un : "au revoir et à bientôt ", enfin, je l’espère… "

Sous les yeux de Dania

Seule certitude, le centre aux 54 sélections sera toujours le bienvenu à Toulon, ainsi que public le lui a fait comprendre…. Car s’il n’a pas livré ce dimanche la meilleure prestation de sa carrière, Mathieu Bastareaud a probablement reçu lors de sa sortie à la 78e l’une des plus belles ovations jamais réservées par Mayol. Un intense moment d’émotion vécu — une rareté — sous les yeux de sa maman Dania, qui aura forcément touché au plus profond de son cœur le grand sensible que demeure Mathieu Bastareaud. Allez, "Basta " cosi, va bene ! *. C’était chouette…

* Ça suffit, tout va bien

Sur le même sujet
Réagir