• Les joueurs de la Rochelle s'éloignent petit à petit du Top 6
    Les joueurs de la Rochelle s'éloignent petit à petit du Top 6 Laurent Frezouls / Icon Sport / Laurent Frezouls / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Stade Rochelais Atlantique

Le non-point de retour à La Rochelle

Incapables de saisir le bonus défensif, les Rochelais se sont condamnés à ne pas maîtriser leur destin pour la qualification. Mais aussi, probablement, à revenir à Gerland dans quinze jours…

À vrai dire, peu d’observateurs s’accordaient à donner beaucoup de chances aux Rochelais, avant le coup d’envoi. Considérablement remaniés après la finale de Challenge européen, ces Maritimes semblaient même une proie idéale pour des Lyonnais en quête de qualification, privés de talonneurs d’expérience en l’absence d’Orioli et Bourgarit. "Entre le management des uns après la finale et les vacances obligatoires à donner aux autres, on avait été obligé de faire tourner en vue de ce déplacement, soufflait après coup le manager Jono Gibbes. Mais je suis content de l’investissement des joueurs, qui ont su saisir l’opportunité de se montrer. Le petit Samuel Lagrange était très calme avant le match, et j’avoue que ça m’inquiétait un peu. Mais finalement, à l’image de l’équipe, il a sorti un très gros match, avec une belle précision sur ses lancers et de bons plaquages très bas. Il faut souligner l’excellent travail de notre académie, car lancer Samuel n’était vraiment pas quelque chose de prévu, et on a vu qu’il était bien préparé pour ce niveau."

Ainsi, dans le sillage de leur éclatante jeunesse – aussi incarnée par Roudil, auteur d’un beau sprint sur le seul essai des siens – les gars de l’Atlantique firent mieux que rivaliser. Au point même, à l’issue de cette rencontre, de nourrir quelques regrets. La faute à un manque de maîtrise dans la dernière demi-heure qui les priva - a minima - du point de bonus défensif qu’ils méritaient, à l’image d’une pénalité plus qu’évitable concédée par Lebrun, ou de ces pénaltouches manquées à quelques mètres de l’en-but rhodanien… "Il y a bien sûr de la fierté, parce qu’on a réalisé un match d’hommes, où personne ne s’est caché, soupirait le centre Pierre Aguillon. Mais il y a surtout des regrets parce qu’à la fin, on ne se paie pas. A chaque fois que nous nous sommes montrés dangereux, les Lyonnais ont su faire la petite faute intelligente qui ne leur a coûté que trois points. Alors que nous, nous leur en avons donné beaucoup..." "Une équipe expérimentée comme Lyon ne donne pas beaucoup d’opportunités, alors quand elles se présentent, il faut réussir à les saisir, prolongeait Gibbes. Encore une fois, l’équipe a manqué de maîtrise. Alors, il est évident que nous pouvons regretter de ne pas avoir ramené au moins un point."

Faire notre job, avant de supporter les autres

Parce qu’au-delà de son aspect symbolique, un point aurait surtout permis aux Rochelais d’être pleinement maîtres de leur destin, au moment d’affronter l’UBB. Las pour eux, les Maritimes devront garder un œil sur Montpellier à Clermont, sachant qu’un cas d’égalité avec le MHR est pas favorable et les a d’ailleurs, pour l’instant, sorti des six premiers… "Si on ne se qualifie pas, c’est qu’on ne l’aura pas mérité, prévenait Aguillon. Il y a longtemps que l’on pourrait être à l’abri, mais nous avons connu un passage à vide préjudiciable, notamment à la maison. Si Montpellier arrive à gagner avec bonus à Clermont, il n’y aura qu’à les féliciter. À nous de faire notre job, avant de penser à supporter l’ASM..." Un son de cloche partagé par Jono Gibbes, bien conscient que ce point de bonus oublié obligera certainement les siens à revenir à Gerland dans quinze jours, en cas de qualification. "ça, c’est une autre histoire, souriait le placide Néo-Zélandais. Avant de penser à ça, il faut se concentrer sur la semaine prochaine. Ce sera notre dernier match de la saison à domicile, un derby contre Bordeaux, Deflandre sera plein… On ne voit pas plus loin." Pas moyen de faire autrement, au vrai...

ZANARDI Nicolas
Voir les commentaires
Réagir