• Ricardo Loubscher était notamment l’adjoint de Heyneke Meyer lors de la Coupe du monde 2015. Photo Icon SPort
    Ricardo Loubscher était notamment l’adjoint de Heyneke Meyer lors de la Coupe du monde 2015. Photo Icon SPort
Publié le / Modifié le
Top 14

Meyer tient son bras droit

Depuis que les dirigeants du Stade français ont compris que Mike Prendergast avait signé un pré-contrat avec Toulon, ils se sont mis en quête d’un nouveau bras droit pour Heyneke Meyer, le grand patron sportif. Prendergast, après avoir tourné le dos au président Boudjellal, a eu des touches avec le Racing 92 et le Munster. Il réserve aujourd’hui sa réponse.

Du côté de la Porte de Saint-Cloud, bon nombre de CV ont donc circulé dans le but d’enrichir le staff parisien. Vincent Etcheto, Rory Teague ou Brian Liebenberg ont par exemple tous proposé leurs services afin de prendre la place laissée vacante par Mike Prendergast. Pour les avants, la possibilité d’un retour au club de Shaun Sowerby, évoquée ici, a finalement été abandonnée par les caciques du club parisien. Dans la capitale, l’organigramme du staff va sensiblement évoluer, Heyneke Meyer prenant en charge l’animation offensive qui était jusqu’ici la propriété de son adjoint irlandais. Et pour l’épauler dans cette tâche, il était en quête d’un cador et aurait adoubé son ancien associé chez les Springboks de 2012 à 2015, le Sud-Africain Ricardo Loubscher. Âgé de 44 ans, cet ancien arrière des Sharks et des Springboks (il compte 4 sélections entre 2002 et 2003) s’occupe depuis 2016 des trois-quarts de la province de Durban, actuellement troisième de sa poule en Super Rugby.

Un apôtre du jeu debout

En Afrique du Sud, Ricardo Loubscher est connu pour faire pratiquer à ses équipes un jeu particulièrement ouvert et ambitieux, qu’il tentera d’ailleurs de mettre en place au Stade français. Si les contacts avancés entre lui et le club du docteur Wild se concrétisaient rapidement (pour l’instant, aucun contrat n’a été signé), il resterait alors à Heyneke Meyer à dénicher le remplaçant de Paul O’Connell. Enfin, comme nous vous l’indiquions dans notre dernière édition, le Stade français pourrait bientôt acquérir un immeuble situé dans le seizième arrondissement parisien et qui accueillera, d’ici quelques mois, le premier centre de formation de l’histoire du club.

DUZAN Marc
Sur le même sujet
Réagir