• Après des expériences d’entraîneur à Narbonne puis à Lille, l’ancien pilier champion d’Europe avec Brive en 1997 Richard Crespy entraînera du côté d’Armentières en Honneur la saison prochaine. Photo Icon Sport
    Après des expériences d’entraîneur à Narbonne puis à Lille, l’ancien pilier champion d’Europe avec Brive en 1997 Richard Crespy entraînera du côté d’Armentières en Honneur la saison prochaine. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Armantières fait appel à Crespy pour arrêter le massacre

Après une saison catastrophique, les dirigeants d'Armentières ont fait appel à l'ancien pilier champion d'Europe pour relancer leur machine.

Les seniors d’Armentières seront entraînés la saison prochaine par Richard Crespy. Ce mouvement du responsable des moins de 19 ans de Marcq-en-Barœul vers un club relégué de Fédérale 3 dans des conditions affreuses, est le petit évènement de la pré-intersaison dans le Nord. "Il fallait réagir, nous avons vécu la pire saison de notre histoire. Nous cherchions quelqu’un susceptible de pouvoir fédérer, et Richard a le profil idéal", a commenté le président historique Henry Natiez, dont les hommes ont complètement sombré.

Armentières, cinquante ans d’histoire dont vingt-six passées dans les divisions fédérales, a été balayé comme fétu de paille dans son championnat de Fédérale 3. Les réservistes avaient déclaré forfait général juste avant le début des matchs retours. Les équipiers premiers n’ont rien gagné. Ils ont même fini la saison sur une situation comptable humiliante de moins deux points. La perte d’une vingtaine de joueurs subie juste avant le départ de la compétition avait faussé les dés et rien n‘a pu endiguer la chute.

Le mérite de ceux qui sont restés : malgré ces conditions difficiles, qui ont créé des défaites de soixante-dix points contre Compiègne ou de cent points contre Sarcelles, un petit groupe a poursuivi ses efforts et n’a rien lâché. " Et quand je suis venu les rencontrer, j’ai bien aimé ce que j’ai vu. Alors je me suis engagé", raconte Richard Crespy.

Un contrat d’un an

L’ancien pilier de la grande équipe de Brive sacrée championne d’Europe en 1997, qu’il avait entraînée au moment de son passage à la retraite sportive, avant de partir à Narbonne puis au LMR, présente un CV assez disproportionné pour une équipe qui fera son retour tête basse en division d’Honneur régionale la saison prochaine. Mais il explique que "la seule chose qui m’intéresse, c’est l’aventure humaine. Et concrètement, nous partons dans une aventure. Qui peut dire aujourd’hui si le club va se relever de cette saison terrible ? Des gens sont partis, il faut reconstruire. J’ai aimé les styles des dirigeants et leur volonté de se sortir de cette situation."

Richard Crespy s’est engagé sur un contrat d’une année. Ingénieur chez Enedis, il développe aussi un projet personnel d’installation sur l’Ile de la Réunion, qui pourrait intervenir l’année prochaine. "Mais même s’il ne doit rester qu’une seule année, son action doit pouvoir nous aider à amorcer la pompe, commente Henry Natiez, qui a vu se mobiliser derrière lui quelques vielles figures du club conscientes du danger. Nous voulons faire revivre Armentières tel que nous l’avons toujours connu. C’est un club sans grands moyens qui a développé un savoir-faire en matière de formation et une ambition de représentation fédérale. Nous avons planifié un projet de trois années pour remonter en Fédérale 3. La venue de Richard est une aubaine pour lancer notre action."

L’équipe technique qui accompagnera l’ancien Briviste n’a pas encore été désignée. Chez les jeunes, un partenariat a été signé avec le collège privé Nicolas Barré pour y monter une section rugby. Au comité directeur, des nouvelles têtes ont poussé. Armentières est bien décidé à dépasser rapidement son traumatisme.

Guillaume Cyprien
Réagir