• L’équipe constituée par les clubs du Scuf et du Porc continue son ascension. Photo DR
    L’équipe constituée par les clubs du Scuf et du Porc continue son ascension. Photo DR
Publié le / Modifié le
Féminines

SCUF - PORC : La réussite vagabonde

Les "Gorettes", qui ont achevé leur parcours en demi-finale du championnat de Fédérale 2 en s’inclinant contre les réservistes du Stade français, joueront en Fédérale 1 la saison prochaine.

Constituée en entente entre les clubs du Scuf et du Porc, l’équipe féminine parisienne a obtenu cette promotion en remportant son quart de finale de Fédérale 2 contre les "Ponettes" de Corse. C’est une réussite méritoire, au regard des conditions de préparation de cette formation. Elle avait été constituée il y a cinq ans pour mutualiser les rares créneaux d’entraînement disponibles sur les terrains parisiens. Son budget global : 3 000 euros. Aucune collectivité territoriale n’apportant sa participation, seules les cotisations des joueuses remplissent la caisse. Elles préparent les réceptions d’après-match avant de les disputer. Elles se déplacent pendant la saison régulière en transport en commun ou en covoiturage. "Concrètement, nous avons la possibilité de financer deux ou trois déplacements exceptionnels sur une saison, explique José Machado, co-entraîneur et président du Porc. Si bien que la saison prochaine en Fédérale 1, nous espérons nous trouver dans une poule du Nord très régionalisée pour vivre sereinement."

Quarante-cinq joueuses utilisées

La réussite de cette association créée entre les deux clubs parisiens a été assez rapide. Elle avait débuté le rugby à XV seulement en 2015 après une première année de jeu à 12. Sa force : proposer à ses licenciées du rugby à 5, à 10, ou à XV. Ce panel des trois pratiques a tiré à lui des profils de joueuses très diverses pour former un collectif important d’une cinquantaine de licenciées. Quand les adversaires en Fédérale 2 constituaient souvent des feuilles de matchs incomplètes de dix-huit ou dix-neuf joueuses, les Parisiennes se sont toujours présentées à vingt-deux grâce à la possibilité d’un roulement important. Quarante-cinq joueuses ont porté le maillot de l’équipe à XV cette saison. "Et puis nous sommes quatre entraîneurs complètement bénévoles, rajoute José Machado, qui œuvre avec Cécile Delourmé, Raphaël Tomasi, et Heissam Abdallah. Nous sommes présents alternativement en fonction de nos emplois du temps, ce qui créé un fonctionnement totalement équilibré entre nous et très collaboratif. Cela a créé une belle dynamique avec le groupe, qui nous a permis de relever quelques défis. Et nous ne changerons rien de tout cela en Fédérale 1." 

Midi Olympique
Réagir