• Douze matchs, douze titularisations : Elton Jantjies sera-t-il encore en bonne forme au Mondial ?
    Douze matchs, douze titularisations : Elton Jantjies sera-t-il encore en bonne forme au Mondial ? Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Le débat de la semaine : dans quel état sera Jantjes pour le Mondial ?

L’ouvreur international sud-africain est l’un des joueurs les plus utilisés du Super rugby.

Douze matchs, sept victoires et cinq défaites : c’est le bilan des Lions en 2019. Il est moins brillant que les années passés, quand la franchise s’est hissée en finale à trois reprises face aux Hurricanes, puis aux Crusaders (deux fois). Ceci dit, les gars de Johannesburg sont encore en course pour la qualification et même la première place de leur conférence, à égalité avec les Jaguares, mais derrière les Bulls. Ils sont cinquièmes au général. Mais en Afrique du Sud, on aime insister sur le fait que les hommes de Swys De Bruin ont perdu trois fois sur trois face à leurs compatriotes.

Au cœur de cette équipe, se trouve toujours Elton Jantjies, le demi d’ouverture international de 28 ans. Une sorte de lutin (1,76 m et 84 kg), perdu au pays des géants conquis à force de musculation.

Il a connu tous les matchs comme titulaire, dix fois à l’ouverture, deux fois en position de premier centre. Il est même l’international le plus utilisé. Sa précision au pied a été particulièrement précieuse ces dernières semaines pour arracher de précieux succès. Il a d’ailleurs estimé que ces situations serrées l’avaient rendu encore plus exigeant avec lui même : "Dans cette équipe, nous avons plein de jeunes et de joueurs qui viennent d’ailleurs et qui vivent leur première saison avec les Lions. Ils ont découvert un nouvel environnement et de nouveaux systèmes de jeu. De plus, nous avons essayé de nouveaux trucs par-ci, par-là. Même pour les anciens, ce n’était pas évident. Nous avons bâti une équipe, c’est sûr. Du point de vue des résultats, nous sommes peut-être inconsistants mais en tant qu’équipe, nous avons progressé."

"Je ne m’inquiète pas"

à l’écouter, Swys De Bruin donne beaucoup de liberté aux joueurs sur le terrain (peut-être plus que Johann Ackermann, son prédécesseur, aujourd’hui à Gloucester). "J’adore cette liberté dont nous disposons. Le coach fait confiance à notre colonne vertébrale pour orienter le jeu. Nous nous aidons mutuellement mais je me sens libre de faire ce que je veux" : ces propos nous confortent dans l’image que renvoie souvent Jantjies, celle d’un joueur très doué, très bon dans l’animation mais parfois sinon fantasque, un rien désordonné dans son jeu. "Il me manque toujours deux ou trois trucs et je vous assure que j’y travaille tous les jours. Je sais que je dois être plus consistant…" Derrières ces mots passe-partout, nous comprenons "discipliné" ou "collectif", plus au service d’un plan de jeu ou d’une combinaison décidée à l’avance.

Sa place est quasiment assurée pour le prochain Mondial, sans doute comme doublure de Handré Pollard (futur Montpelliérain). Jantjies a très souvent commencé sur le banc lors de ses dernières sélections, c’était le cas pour les six derniers tests auxquels il a participé. Mais des voix se sont demandées en Afrique du Sud, si les 912 minutes qu’il a accumulées jusqu’à présent ne vont pas lui peser dans les jambes. "Je me sens bien et je sais que chez les Lions, Cash Van Rooyen est l’un des meilleurs préparateurs physiques du circuit international, rassure Jantjies. Nous travaillons par cycles. Je fais très attention à mon corps et si je dois me reposer, ce ne sera pas de mon fait. Ce sera le fruit de discussions entre Swyss De Bruin et Rassie Erasmus, notre sélectionneur. Mais le fait de jouer tout le temps ne me pose aucun problème ; au contraire, j’ai l’impression que ça me fait prospérer. Et je ne suis pas du genre à jouer avec des idées négatives en pensant sans arrêt aux risques de blessure."

Ken Borland avec Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir