• Mêlée entre Albi et Rouen lors du match aller des demi-finales
    Mêlée entre Albi et Rouen lors du match aller des demi-finales Dépêche du Midi / EMILIE CAYRE / Dépêche du Midi / EMILIE CAYRE
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Rouen : Hill change sa charnière

Après trois rencontres de phases finales inabouties, et face au défi de la remontée des onze points de retard, le manager anglais Richard Hill a décidé de changer son fusil d’épaule. La charnière habituelle, constituée de l’ancien demi de mêlée berjallien Florent Campeggia et de l’ancien ouvreur montois Matthew James, deux fois utilisée contre Dax et qui occupait encore les places de titulaires au stadium d’Albi, a été placée sur le banc.

C’est un coup de poker. Tous les deux ont débuté ensemble treize matchs depuis le début de la saison. Ils étaient programmés pour conduire le "camion" au moment des matchs couperets. "Mais nous n’avons pas su imposer notre jeu contre Dax malgré nos deux succès, et nous sommes complètement passés à côté de notre sujet à Albi. Il fallait changer quelque chose ", expliquait Richard Hill en début de semaine, après avoir revu à quatre reprises la vidéo de la première opposition au stadium, et dont le résultat a placé son équipe en situation d’outsider.

Huit mille personnes à Diochon

Ce sont donc le demi de mêlée Bastien Cazale-Debat et l’ouvreur Jordan Michallet qui seront chargés de piloter le défi de la "remontada". Autre changement dans l’équipe : le retour au centre du Fidjien Josh Drauniniu, et celui du Tonguien William Takai en troisième ligne, deux hommes de base du jeu rouennais depuis trois saisons. Dans un stade de Robert-Diochon plein à la gueule - on devait déjà jouer à guichets fermés à huit mille spectateurs la semaine dernière avant le résultat du premier match - les Normands devront réussir à renverser une situation difficile. Leur puissance, les Albigeois l’ont contenue. Et selon Météo France, il devait pleuvoir sur la Normandie ce soir. Trouver les espaces dans lesquels ils n’ont pas su jouer au stadium sera un défi majeur. Et si les Normands un peu endormis avaient oublié les intérêts d’une montée en Pro D2 pour laquelle il a beaucoup investi, leur président Jean-Louis Louvel est venu les leur rappeler à l’entraînement mardi en milieu de journée.

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir