• Déterminés à retrouver quelques certitudes avant le barrage pour le maintien, notamment dans le secteur de la mêlée fermée, les Grenoblois de Mike Tadjer chercheront à boucler de la meilleure des manières la saison régulière devant leurs supporters. Photo Icon Sport
    Déterminés à retrouver quelques certitudes avant le barrage pour le maintien, notamment dans le secteur de la mêlée fermée, les Grenoblois de Mike Tadjer chercheront à boucler de la meilleure des manières la saison régulière devant leurs supporters. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Grenoble : le contrat de confiance

Incapables de remporter cette saison la moindre rencontre face à un membre du top 6, le FCG s’en voit fournir une ultime occasion. Tout sauf anodin pour la confiance, à une semaine du barrage pour le maintien.

L’erreur serait de se tromper de combat. De se focaliser sur un match de barrage qui n’aura jamais lieu que dans une semaine, en oubliant de vivre l’instant présent. Car oui, il s’agira d’un derby, et même d’une question d’honneur, pour un FCG dont l’image s’est sacrément écornée depuis sa dernière sortie à domicile contre Agen, suivie d’un 0 pointé à Pau… "Ce match contre Lyon va bien au-delà de la stricte préparation du barrage, et il n’est pas question de le galvauder, confirmait le talonneur Mike Tadjer. D’abord parce que, pour la confiance, ce serait mieux de gagner que d’en prendre cinquante contre Lyon. Mais aussi parce qu’il est important de fêter de la meilleure façon possible les joueurs qui vont s’en aller, et de profiter de ce qui peut être notre dernier match en Top 14 devant notre public… " Un public qui s’est globalement montré fidèle et plus patient qu’à l’accoutumée, et à qui les joueurs grenoblois doivent au moins de terminer sur une bonne note, en faisant tomber pour la première fois de la saison un gros au Stade des Alpes…

Incapable en effet de gagner à l’extérieur ou de battre une équipe du Top 6 cette saison, le FCG présente logiquement le bilan plus que médiocre de 28 points au classement, à une journée de la fin. À titre de comparaison sur les dix dernières saisons, seul le SUA version 2016 (26 points) a fait pire… Pour tout dire, la saison précédente, même le dernier Brive avait remporté plus de points au classement (36) que les Grenoblois cette saison, tandis qu’en 2014 et 2015, Perpignan puis Bayonne sont descendus à l’échelon inférieur avec respectivement 51 et 52 points ! Autant ne pas tourner autour du pot plus longtemps, la saison des Isérois est franchement ratée. "Elle a été très longue, très compliquée, en grande partie parce qu’on a loupé le coche de peu plusieurs reprises, contre Toulouse, contre Clermont, au Racing, se souvient Tadjer. Battre une de ces grosses écuries aurait pu nous permettre à un moment donné de basculer dans quelque chose de plus positif, mais malheureusement, nous n’y sommes encore jamais parvenus. "

S’il n’y a qu’un match à l’extérieur à gagner cette saison…

Alors, s’agit-il du meilleur moment pour le faire, enfin ? À l’évidence, puisque la formule permet aux Isérois d’espérer encore, malgré l’énorme camouflet subi à domicile contre Agen. "Nous avons disputé un non-match ce jour-là, alors qu’Agen a su contrôler cette partie, résume Tadjer. Je n’ai pas d’explications, il n’y a qu’à les féliciter. Après, ce qu’il faut aussi se dire, c’est que gagner ce match ne nous aurait pas assuré une place en Top 14, tant s’en faut. S’il y a bien un seul match à gagner à l’extérieur cette saison, autant que ce soit ce barrage… "

Lequel opposera le FCG à Bayonne ou… Brive, où des joueurs comme Germain ou Tadjer conservent bien des attaches. De quoi se muer en supporter pour la finale de dimanche. "D’un côté, j’aimerais aller à Brive pour revoir tous les copains et les supporters qui m’ont si bien accueilli, pose le talonneur. Mais d’un autre côté, je sais que je ne pourrais pas être heureux, qu’on gagne ou qu’on perde… Alors je préfère ne pas me poser la question, et je leur souhaite une belle finale, en espérant que le meilleur gagne. " Et que le FCG parvienne à affronter le perdant dans les meilleures conditions, avec le scalp du Lou comme contrat de confiance.

Sur le même sujet
Réagir