• Maxime Machenaud (Racing 92) contre Agen
    Maxime Machenaud (Racing 92) contre Agen Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Machenaud : « Au Racing j'ai toujours joué les phases finales, on n'est pas dans l'inconnu »

Malgré une prestation en dents de scie, le Racing 92 a largement disposé d'Agen à Armandie (3-35) pour s'assurer un barrage à domicile contre La Rochelle ce vendredi. Le capitaine ciel et blanc Maxime Machenaud a affiché de la retenue après ce précieux résultat qui place le club des Hauts-de-Seine pour la 10e année consécutive en phase finale.

Midi Olympique : Avec cette qualification obtenue ce soir peut-on dire « mission réussie » pour le Racing ?

Maxime Machenaud : Bien sûr, on est contents d'être qualifiés pour les barrages. Après, sur le contenu du match je suis un peu frustré... On a joué par à-coups et ce n'était pas un grand Racing.

Mais cela suffit pour atteindre votre objectif...

M. M. : Oui, comptablement c'est ce que l'on était venus chercher mais on savait aussi qu'Agen n'avait plus rien à jouer. En ce sens ils nous ont peut-être un peu facilité la tâche.

Retenez-vous davantage la manière que le score à une semaine de la phase finale ?

M. M. : J'espère simplement que l'on sera prêts. On a un peu moins d'une semaine pour préparer cette réception de La Rochelle. Ça n'est pas forcément inquiétant mais il va falloir se préparer et prendre conscience de ce qui nous attend.

D'un autre côté, vous n'avez jamais été inquiété quand il s'agissait de défendre...

M. M. : C'est un secteur que nous n'avons pas toujours maîtrisé cette année mais on peut s'appuyer sur ça. On l'analysera à la vidéo. Encore une fois, sans leur manquer de respect, Agen n'avait plus rien à jouer et n'avait pas la niaque.

Que pensez-vous du Stade rochelais, votre adversaire en barrage ce vendredi ?

M. M. : Ils ont mis 80 points à Bordeaux, donc ce n'est pas rien... En phases finales, c'est du 50/50. Mais depuis que je suis au Racing j'ai toujours joué les phases finales. On n'est pas dans l'inconnu.

Que dire de cette folle dernière journée de Top 14, qui a vu le champion en titre éliminé de la course au Top 6 ?

M. M. : Forcément, on sait que le sixième peut être champion, il nous reste désormais trois matchs pour aller au bout.

Sur le même sujet
Réagir