• À seulement 24 ans, le centre Garry Ringrose s’est encore montré décisif et a permis aux siens de garder leur trophée.
    À seulement 24 ans, le centre Garry Ringrose s’est encore montré décisif et a permis aux siens de garder leur trophée. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro 14

Le Leinster conservateur

Les Irlandais ont conservé leur bien, de peu, mais avec beaucoup d’efficacité. Glasgow a bien résisté mais la perte de Hogg fut préjudiciable. Un plaquage en l’air de Kearney a fait polémique.

Le Leinster a vécu sa deuxième finale intense en trois semaines. Mais cette fois, il l’a gagnée, de peu, sans faire la performance du siècle, mais avec un soupçon de chance. Que se serait-il passé si M. Owens avait donné un carton rouge et non jaune à Rob Kearney pour un plaquage en l’air sur Stuart Hogg, à la 66e comme le réclamait la foule ? Le Leinster menait 18-10 à ce moment-là. Peut-être qu’à quatorze jusqu’à la fin, il aurait fini par craquer sous les assauts des Écossais déchaînés. D’autant plus que Hogg dut sortir après le choc. Tristes adieux pour l’arrière international, qui jouera à Exeter la saison prochaine. Ceci dit, entre un rouge et un jaune, ça n’aurait fait que quatre minutes de différence. Et puis, le talonneur écossais Fraser Brown aurait très bien pu recevoir un carton lui aussi pour une charge sur le demi de mêlée Luke McGrath. "Je pense que le geste de Kearney était plus maladroit que méchant, on voit bien qu’il a sauté pour jouer le ballon", commentait Leo Cullen que nous avons trouvé très réaliste dans ses propos.

"Il fallait s’adapter au contexte: le match n’était pas extraordinaire mais les gars ont fait le boulot. Je le reconnais, ce fut un match plutôt haché." On sentit dans les propos des Irlandais que ce trophée celte ne remplaçait pas la coupe européenne perdue face aux Saracens à Newcastle. À Glasgow, ce n’était pas la même opposition évidemment mais on a senti les Dublinois nettement plus forts, en ce sens qu’ils ont géré avec une froide efficacité leurs moments forts. En Anglais, on abuse du mot "clinical"… Cliniques, c’est bien l’adjectif qui correspond à ces Irlandais quasiment tous internationaux. Ils étaient sans doute émoussés par deux matchs de haut niveau en plus en fin de saison si on compare leur saison à celle des Warriors, forcément déçus. à l’image de Dave Rennie, leur coach néo-zélandais: "sur l’histoire du carton, je laisse les officiels prendre leur décision. Mais pour nous, le meilleur est à venir. Je suis un peu déçu car nous aurions pu faire mieux, nous sommes une meilleure équipe que ce que nous avons montré. Mais le Leinster nous a fait jouer à son rythme. Nous avons trop joué au pied, nous aurions dû encore plus les provoquer." On peut le comprendre, car les deux essais écossais furent spectaculaires (Fagerson comme un demi de mêlée au bout de dix temps de jeu ; Stewart en bout de ligne sur une longue offensive).

O’Brien célébré… Et forfait

On retiendra de cette partie les performances de Cian Healy, pilier international blanchi sous le harnais, Jack Conan, le numéro 8 néo-international et Rhys Ruddock, fils de l’ancien sélectionneur du pays de Galles. Healy a marqué un essai tout en puissance pour conclure une série de coups de boutoir de ses avants. Avant ça, Ringrose avait marqué le premier après un dégagement de Hogg contré par Luke McGrath. Les Irlandais étaient de toute façon les plus forts en mêlée et très forts dans l’occupation. Ils ont pu dire adieu en fanfare à Sean O’Brien, 32 ans, qui jouera aux London Irish la saison prochaine. Mais dans les heures qui ont suivi, on apprenait son forfait pour la Coupe du monde en raison d’une opération qu’il doit subir à la hanche.

Voir les commentaires
Réagir