•  Les Toulousaines face au MHR en finale.
    Les Toulousaines face au MHR en finale. Photo Valentine CHAPUIS -
Publié le / Modifié le
Amateurs

Toulouse : Du bon malgré tout

Après une phase régulière terminée en tête, la réserve du Stade s’est encore inclinée en finale de Fédérale 1. Mais l’heure est au positivisme.

Pour la deuxième fois consécutive, les Toulousaines sont privées de titre par le MHR, décidément affamé de boucliers avec le sacre en Élite 1 le même jour, là aussi contre les Haut-Garonnaises. Après cette deuxième finale perdue, la déception est grande pour la réserve du Stade : « Il y a la frustration de ne pas marquer sur nos temps forts, accorde l’entraîneur Éric Smara. À 6-0, on a des occasions d’essai franches que l’on ne met pas. À ce moment-là, les Montpelliéraines reviennent plus fortes et marquent sur une belle occasion derrière. » Le rapport de force avant ce sommet n’était pourtant pas si favorable au MHR. Si, en phase régulière, le match aller avait vu une nette domination héraultaise, le retour avait été catégorique (39-3, 6 essais à 0 pour Toulouse).

« À Montpellier on n’était pas prêt mentalement mais on a su leur rendre la pareille, avance l’ancien pilier de Colomiers. Les filles ont toujours su répondre face à l’adversité. » Alors qu’a-t-il manqué au premier de phase régulière ? « De la justesse technique, tout simplement. La passe simple à assurer, le lift en touche mal négocié… À ce niveau, on se doit d’être irréprochable individuellement de la 1re à la 80e minute. »

Un très joli bilan

Certes, le final est terni par cette contre-performance. Mais le bilan de la saison laisse davantage de vert que de rouge sur le tableau. D’abord l’accession sportive en Élite 2 grâce au succès en demie contre Rennes (23-8). Elle est toutefois à valider par la Fédération. On connaîtra le verdict dans les prochaines semaines mais il ne change en rien l’état d’esprit des Toulousaines. « Peu importe la division, on va redémarrer une saison avec un nouveau staff, un nouveau discours, il faut retravailler et former un maximum de joueuses. » Le départ de l’autre entraîneur Éric Lacroix signe la fin de « deux belles saisons. On avait un super groupe en Fédérale 1 et j’espère que cela restera ».

Éric Smara demeure confiant sur son groupe, assez qualitatif selon lui pour évoluer en milieu de tableau d’Élite 2. « Beaucoup de filles y jouaient avant de nous rejoindre ! Il y a eu une nette progression ces deux dernières saisons. Le fait de s’entraîner et vivre avec le groupe élite, ça ne peut que hausser le niveau ! Mais désormais on a clairement envie d’aller au bout, deux finales perdues sont bien suffisantes… »

Sur le même sujet
Réagir