• Jean-Claude Mercier, ici devant la maison du rugby à Toulouse, entend peser dans les négociations qui touchent au rugby amateur. Photo DB
    Jean-Claude Mercier, ici devant la maison du rugby à Toulouse, entend peser dans les négociations qui touchent au rugby amateur. Photo DB
Publié le / Modifié le
Entretiens

Mercier : "Faire entendre la voix des amateurs"

Jean-Claude Mercier (Président et fondateur de l’Union des clubs de rugby amateurs français (UCRAF)) est un passionné de rugby passé par tous les échelons, de joueur à président de club, qui décide de faire entendre la voix des clubs amateurs.

Midi Olympique : Pourquoi vous être lancé dans la création de l’Union des clubs de rugby amateurs français en 2012 ?

Jean-Claude Mercier : Le rugby est une grande famille et moi je suis un ancien de la famille ! Je suis passé par tous les échelons au sein de mon club de cœur, Sarlat. J’y ai d’abord été joueur, puis entraîneur et désormais je suis dirigeant depuis douze ans. J’ai été un temps président, et aujourd’hui je suis coprésident. J’ai décidé de créer l’UCRAF afin de faire entendre la voix des clubs amateurs. Les joueurs professionnels ont Provale, les entraîneurs ont Tech XV, et bien les amateurs ont désormais l’UCRAF.

Comment est organisée la structure ?

J-C. M. : Nous siégeons au comité directeur de la FFR. Notre bureau se compose de 53 membres et déjà 370 clubs adhèrent à notre structure. Nous visons les 500 adhésions d’ici à la fin de l’année civile. Notre but est d’être une force de proposition auprès de la FFR et des Ligues régionales. On travaille sur la formation, sur les compétitions, sur les calendriers…

Quels sont vos buts ?

J-C. M. :Nous voulons que le rugby amateur se porte mieux. Nous voulons ramener de la proximité dans les relations entre les clubs et les instances, nous voulons travailler de concert avec toutes les instances déjà en place pour redorer le blason des amateurs, gagner la bataille sur l’érosion des licenciés. À l’UCRAF, nous sommes persuadés qu’une équipe de France performante passe par un socle performant et qu’il faut impérativement que le rugby amateur soit en bonne santé pour que nos Bleus brillent au plus haut niveau. Tous les présidents peuvent le dire, nous sommes dans une phase assez critique, avec la perte de nombreux licenciés. Nous voulons enrayer cela et repartir sur une tendance haussière en travaillant sur l’attractivité des clubs. En rugby comme ailleurs, ne rien faire, c’est mourir ! Nous travaillons à obtenir l’agrément du ministère de la jeunesse et des sports afin de pouvoir être réellement sur un pied d’égalité avec les syndicats tels que Tech XV ou Provale. Nous devrions obtenir ce sésame assez rapidement. Après quoi, nous comptons nous développer. Le bénévolat a ses limites. Nous envisageons d’embaucher un salarié d’ici la fin de l’année pour la gestion des affaires courantes. Le volume de travail est énorme.

Que peut-on vous souhaiter ?

J-C. M. :Que l’on continue d’être animés par la même volonté. Nos équipes sont pour le moment entièrement bénévoles et chaque membre est très impliqué dans son club respectif. On fonctionne comme une équipe de rugby et nous voulons garder cet esprit. On aimerait aussi que les clubs n’hésitent pas à adhérer. Plus nous aurons d’adhérents, plus nous aurons de budget et de poids. Nous sommes aussi en recherche de partenaires pour nous soutenir.

BOURNIQUEL David
Voir les commentaires
Réagir