• Laranjeira : « Il y a encore quelque chose de superbe à aller chercher »
    Laranjeira : « Il y a encore quelque chose de superbe à aller chercher » Patrick Derewiany / Midi Olympique -
Publié le / Modifié le
Entretiens

Laranjeira : « Il y a encore quelque chose de superbe à aller chercher »

Défaits le week-end dernier par Bayonne lors de la finale de Pro D2, 19-21, les Brivistes, emmenés par leur demi d'ouverture Thomas Laranjeira, auront à coeur de remporter cet Access-Match face à Grenoble, à domicile, pour remonter dans l'Élite.

Midi Olympique : Avez-vous digéré l’échec de dimanche dernier ?

Thomas Laranjeira : Le retour dimanche soir n’a pas été des plus faciles car quand tu t’arrêtes sur une aire d’autoroute et que tu vois tous les supporters brivistes et corréziens qui avaient fait le déplacement… Au-delà du fait que ce soit difficile de perdre la finale, c’est aussi pénible de voir que nous n’avons pas su les récompenser. Mais nous sommes obligés de l’accepter car si tu ne te remobilises pas, tu vas droit dans le mur. Il a fallu vite dégager la déception personnelle et collective.

Justement, la frustration peut-elle vous servir ?

T.L. : Il faut se servir de cette frustration et se dire que tout n’est pas terminé. Lorsque vous perdez une finale normalement vous recommencez la saison suivante au même niveau. Là, nous avons encore une chance avec cette formule de pouvoir nous rattraper et valider ce qui était l’objectif du club à la base.

Dimanche vous retrouvez votre pelouse où vous êtes invaincus cette saison (16 matchs, 16 victoires). Cela vous donne-t-il de la confiance ?

T.L. : Évidemment, ça compte. C’est une belle dynamique qui doit nous permettre d’aborder l’échéance avec un peu plus de confiance. Au stadium, nous avons nos habitudes, nous sommes plus à l’aise. Et le public doit encore nous aider pour surmonter cette montagne.

C’est comme cela que vous voyez Grenoble ?

T.L. : Nous avons été invaincus pendant dix mois à la maison mais c’était du Pro D2. Là nous allons rencontrer une équipe de Top 14 qui a l’habitude d’enchaîner les gros matchs. L’intensité sera forcément plus élevée, les mecs sont plus aguerris, plus costauds et vont plus vite, ça tape plus fort…

Et ils connaissent votre situation pour l’avoir vécu l’an passé.

T.L. : Ils savent très bien que tout est possible. Les Grenoblois ne nous regarderont pas de haut. Franchement, je ne crois pas qu’il y ait de favori.

Quelle est la clé dans la préparation cette semaine ?

T.L. : Il faut continuer à faire profil bas et qu’on se resserre entre nous car on sait que ça va être très difficile ce dimanche. Nous devons faire le dos rond et rester discrets. Après la finale, nous avons beaucoup parlé de l’arbitre mais nous avons fait plus d’erreurs que l’arbitre. Et c’est aussi ce qui nous a fait perdre. Individuellement nous avons tous fait notre bourde. Sur une finale, il faut être tellement précis. Essayons de gommer ça déjà ce dimanche. Car face à une équipe de Top 14, ça pardonnera encore moins.

Une demi-finale et une finale sont des événements excitants à jouer. Quid d’un barrage d’accession ?

T.L. : Finalement, tu n’as pas le bouclier mais à l’arrivée c’est la même issue. Puis quand tu as goûté au Top 14, tu as envie d’y retourner. En tant que joueur pro, c’est pour ça que tu fais ce sport. C’est le Graal. C’est pour cela qu’il y a encore quelque chose de superbe à aller chercher. Je pense que le public et le club de Brive méritent cette division. On leur doit ça.

Sur le même sujet
Réagir