• Aaron Cruden (Montpellier) retrouve de sa superbe au meilleur des moments
    Aaron Cruden (Montpellier) retrouve de sa superbe au meilleur des moments Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

La revanche du "joker"

Pourchassé par les blessures et méconnaissable depuis deux ans, le All Black aux 50 sélections retrouve de sa superbe au meilleur des moments.

"Je vais tout faire pour montrer mon vrai visage sur les quatre derniers matchs." Ces mots, Aaron Cruden les a prononcés il y a cinq semaines, à son retour à la compétition. à l’époque, il ne savait pas encore qu’il serait remplacé l’an prochain par Handré Pollard. Ni qu’il allait accepter un arrangement pour "annuler" sa dernière année de contrat au MHR, afin de parapher prochainement un contrat de joker Coupe du monde… Du Springbok ! Un désaveu pour un joueur de ce calibre ? "Je ne veux pas du tout parler de mon avenir." Le numéro 10 reste sur ses paroles du mois dernier et a déjà tenu sa promesse passée. Lui qui compte plus de blessures que de coups d’éclat sous le maillot des Cistes (arrivé en 2017), reste sur quatre prestations très convaincantes. Meilleur plaqueur face à Grenoble (19), auteur d’une passe au pied décisive à Castres et d’un essai face au Stade français, il a joué sa plus belle partition à Clermont : "Je pense en quelque sorte avoir tenu parole. Quand j’ai dit ça, j’avais vraiment à cœur de montrer mon réel niveau. J’étais excité et je le suis toujours aujourd’hui. Mais je comprends les attentes autour de moi. Et je sais que je dois en faire encore plus car j’attends beaucoup de moi-même. Je suis fier de contribuer à l’embellie collective, à ce que l’équipe est en train de créer et de construire."

Plaqueur acharné et attaquant retrouvé

Plus qu’une star, Cruden est avant tout un soldat dévoué au collectif. Là où on l’attendait peut-être le moins : "Ma priorité est toujours restée la même : m’adapter et m’appuyer sur les qualités des joueurs autour de moi, pour combiner avec eux pour le bien de l’équipe. C’est aussi pour cela que je me donne toujours à 100 % en défense. Je n’ai jamais été le plus costaud (1,78 m et 83 kg, N.D.L.R.) et j’ai donc beaucoup travaillé ma technique de plaquage pour prendre confiance. Et que cela devienne un état d’esprit au service du groupe." Libéré de la présence oppressante et inhibitrice de Ruan Pienaar, même s’il n’osera jamais l’avouer, le numéro dix peut aujourd’hui s’exprimer sans retenue. Aidé dans sa tâche par les éjections rapides de Paillaugue, la facilité à trier les ballons de Serfontein qui fait briller les autres autour de lui et l’aisance de Reilhac à créer des brèches, le Néo-Zélandais peut désormais faire parler sa vision de jeu, son instinct. Et prendre les bonnes décisions au bon moment, malgré encore quelques ratés techniques.

Samedi, Aaron Cruden sera donc attendu au tournant. Dans un choc qui promet d’être très accroché, il devra encore élever son niveau de jeu et faire des différences : "Le Lou peut compter sur Wisniewski qui est un ouvreur très intelligent. Il comprend le rugby, sait placer son équipe dans les meilleures conditions et bute aussi très bien. Nous devrons donc surveiller notre discipline. Je suis très excité à l’idée de l’affronter samedi. Les Lyonnais s’appuient aussi sur Nakaitaci, leur facteur X, pour faire des différences. à nous de lui laisser très peu d’espace pour s’exprimer." Une clé du match, à l’image de la capacité des Cistes à ne surtout pas se projeter trop tôt, selon l’ouvreur : "Forcément, en début de saison, nous pensions au titre car nous sortions d’une défaite en finale. C’est toujours resté dans un coin de notre tête et c’est aussi à cause de cela que nous avons connu une période très difficile. Là, seul ce barrage doit être présent dans notre esprit. Et si on pouvait compter samedi sur le même soutien qu’en demi-finale à Lyon l’an passé, on pourrait avoir ce supplément d’âme pour gagner." Humilité et don de soi, c’est aussi cela la classe d’un All Black.

Julien Louis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir