• Les Marmandais ont réussi à se maintenir au plus niveau amateur. Ils veulent s’imposer dans cette division. Photo Emmanuel Guibert
    Les Marmandais ont réussi à se maintenir au plus niveau amateur. Ils veulent s’imposer dans cette division. Photo Emmanuel Guibert
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Marmande : l’année de la confirmation

Pour sa première saison au sein de l’élite amateur, les Lot-et-Garonnais ont très bien figuré. Ils veulent désormais se pérenniser à ce niveau.

C’était l’objectif avoué de toute une région et l’équipe de Jacques Arpoulet, le dynamique président de Marmande, l’a transformé en réalité il y a un an déjà : ramener l’USM au plus haut niveau amateur, après quelques années de disette en Fédérale 2.

Désormais, le but est de rester à ce niveau, "qui est celui de Marmande", comme le déclarait le président Arpoulet dans ces colonnes au creux de l’hiver. "Notre club, ne l’oublions pas, est un grand bastion du rugby. Qu’il figure au sein de l’élite amateur me paraît normal."

Au terme de sa première saison depuis le retour en Fédérale 1, l’USM tient bon la barre de ses ambitions. Le club a terminé son premier exercice chez "les grands" à la septième place de la très redoutée poule 2, échouant à seulement deux petites unités de Lannemezan, première équipe qualifiée pour le challenge Yves-du-Manoir dans la poule. Sans faire de bruit, le club du président Arpoulet a construit sa saison patiemment, en accrochant dix succès, soit plus que Lavaur, qui a rejoint la phase finale en accrochant la cinquième place avec seulement neuf victoires au compteur (ce sont les points de bonus qui ont fait la différence, treize pour Lavaur, trois pour Marmande).

Un bel avenir

Forts de cette saison encourageante, les Marmandais peuvent poursuivre leur aventure avec un nouveau projet. Julien Bouic et Xavier Pourcheresse étant sur le départ, c’est Jalil Narjissi et son compère "Titou" Tarozzi, qui arrivent de Fleurance, qui seront aux commandes du projet marmandais la saison prochaine. Narjissi, ancien talonneur professionnel, fer de lance de la mêlée du SU Agenais, a fait jouer à plein ses réseaux pour étoffer l’effectif marmandais. Ainsi, le club lot-et-garonnais a enregistré les signatures de six jeunes joueurs en provenance des espoirs d’Agen. Il s’agit de Guillaume Mazzoleni (21 ans, talonneur), Paul Gazel (22 ans, troisième ligne aile), Adrien Bugeat (21 ans, ouvreur ou centre), Quentin Bellandi (21 ans, troisième ligne aile), Lucas Laporte (21 ans, ailier, centre ou arrière) et Raphaël Rioualen (22 ans, ailier ou arrière). Ces gamins seront encadrés par des joueurs disposant d’un bon vécu, ce qui devrait garantir un bon équilibre entre jeunesse et expérience. On le sait, la deuxième année à un niveau est souvent la plus difficile à assumer. L’effet de surprise et la dynamique de la montée seront estompés. Les Marmandais devront gérer un nouveau statut. Ils en ont les capacités.

Réagir